Losfeld Communication, la diversification en famille

Publié: 18 juin 2012 dans Success en Hainaut
Tags:, ,

Chez Losfeld à Estaimpuis, la communication c’est une histoire de famille. En 1935, l’arrière grand-père de l’actuel directeur fonde une imprimerie, au centre de la commune. Elle évolue au fil des ans et surtout elle fait tellement bonne impression sur la descendance qu’aujourd’hui la quatrième génération travaille au grand complet au sein de la PME. Francis, désormais retraité, couve d’un regard paternaliste ses trois enfants impliqués dans l’aventure : Philippe, directeur général, Florence, directrice financière et Sébastien, directeur artistique. « Losfeld Communication » emploie 18 personnes dans son bâtiment du zoning du Quevaucamps. 

Une concentration de compétences

Dans les années 50, la Vente Par Correspondance est un créneau très prolifique pour l’imprimerie qui confectionne les gros catalogues des sociétés comme Damart, La Redoute et les 3 Suisses. A ce jour, la VPC est très marginale dans le chiffre d’affaires. Internet a changé la donne, l’entreprise s’est adaptée. Philippe Losfeld : « Notre force aujourd’hui dans un secteur très concurrentiel c’est de regrouper, autour de notre imprimerie, trois départements complémentaires constitutifs de notre agence de communication. Nous avons la capacité de faire une offre globale à nos clients, en termes de conseils en communication, de création, de Web Design et d’impression ».  Malgré un investissement lourd d’environ 1,5 million d’€, le volume du travail de l’imprimerie a fortement diminué.

Le Web, c’est net !

Depuis environ 5 ans, la partie Web Design prend de plus en plus d’ampleur. « Aujourd’hui il est quasi obligatoire d’être sur la toile, tant pour les TPE/PME que pour certains indépendants », nous dit Philippe. « Cela nous amène de nouveaux clients comme par exemple notre boucher qui a besoin d’un support internet pour développer son activité de traiteur. Mais nos gros clients industriels des domaines pharmaceutiques ou de la construction notamment nous demandent toujours des versions papiers pour leur communication. Prenons l’exemple d’un constructeur de chauffages. Il lui faut des milliers de brochures pour Batibouw, en parallèle à un site internet complet ».

Le papier n’est donc pas encore tout à fait mort. Mais il est vrai, nous affirment Francis et Philippe, que « l’avenir est au multimédias et qu’il est impératif de s’adapter à cette perspective. Au-delà du jeu de mots, nous devons être à la page au niveau technologique et à celui des connaissances. Cela implique une remise en question régulière de l’équipe ».    

Francis Losfeld, le père, et Philippe Losfeld, le fils.

Une riche niche

Les clients de « Losfeld Communication » viennent de Wallonie, de Bruxelles et du nord de la France. Mais la société est également très connue dans le milieu de l’art à Paris. Francis Losfeld : « Oui, grâce à notre commercial exclusif, nous sommes présents dans le créneau particulier, et très fermé, des galeries d’art parisiennes. Nous sommes ainsi spécialisés dans les ouvrages haut de gamme qui présentent des œuvres, des expositions, des artistes. C’est pour nous une carte de visite de prestige ». 

Impacté par la crise

Le secteur de la Communication a senti rapidement l’impact de la crise économique. « C’est logique, nous dit Francis. La communication d’une entreprise fait partie des premiers frais généraux. S’il faut serrer la vis à un moment donné, c’est là que ça se fait en priorité ». L’entreprise a vu son chiffre d’affaires baisser d’environ 35% et a été contrainte de réduire sa voilure en conséquence. Le pessimisme n’est pas de mise pour autant. Philippe Losfeld : « Nous sommes en train de revoir notre propre communication afin de nous adapter aux réalités économiques et de prendre les bonnes orientations pour le futur. Nous constatons aussi que des entreprises (re)lancent des opérations de communication car elles savent que c’est essentiel pour retrouver la croissance ».     

 Diversification, adaptation et professionnalisme sont les atouts de « Losfeld Communication » qui peut gérer aussi de gros évènements comme, en octobre 2011, l’inauguration du terminal portuaire trimodal de La Louvière.

                                                                                                                 Michel Bellefontaine

Cet article a été publié dans le magazine économique B 2 Hainaut de mars 2012.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s