I-care, une PME de haut vol qui prend soin des machines industrielles

Publié: 15 septembre 2012 dans Success en Hainaut
Tags:,

Le siège central de I-care est implanté à Mons, au parc Initialis. La société, fondée en 2004, était hébergée, à l’origine, dans les locaux de La Maison de l’Entreprise, à 50 m du lieu actuel. Et bientôt, un déménagement l’enverra … 150 m plus loin, dans une nouvelle construction. En moins de 10 ans, I-care n’aura donc bougé physiquement que de 200 m. Mais le chemin parcouru dans le monde industriel est inversement proportionnel à cette très courte distance. I-care est une incontestable success story.

Forte croissance de l’emploi   

Les débuts de l’entreprise sont marqués du sceau de la complémentarité entre deux jeunes diplômés : Fabrice Brion, ingénieur industriel et titulaire d’un master en Management et Arnaud Stievenart, licencié en droit et formé lui aussi à la gestion d’entreprise. Une seule personne était engagée en 2005 et, ces deux dernières années, I-care a vraiment pris son envol. La PME compte à ce jour 51 collaborateurs dans 7 implantations. Pierre Colon, Sales Manager : « Nous employons 51 personnes dont 38 en Belgique. Notre entreprise est née ici et nous tenons à conserver notre ancrage wallon. Cela dit, notre développement fait que nous disposons depuis peu d’un bureau à Liège et qu’à l’étranger nous sommes actifs en France (Denain et Marseille), en Pologne (Cracovie), en Italie (près de Venise) et bientôt en Suisse (Neufchâtel). »

Le Dr House de l’industrie

I-care est une entreprise innovante qui a créé sa propre expertise dans le domaine de la maintenance prédictive des équipements industriels. Notre interlocuteur traduit les activités avec des mots simples :  » Nous sommes le Dr House des machines industrielles. Ce qu’on fait, principalement par analyses des vibrations – mais aussi avec d’autres techniques comme l’analyse d’huile, la thermographie ou encore la détection de fuites – ce sont des diagnostics de machines, d’équipements ou de structures. Pour poursuivre sur la métaphore médicale, on peut dire qu’on est d’une précision chirurgicale. Sur une boîte de vitesse, par exemple, on peut déterminer, sans rien démonter, que c’est le pignon de la 4ème vitesse qui est en train de faiblir. »

 Un coût justifié … à justifier !

I-care travaille dans des secteurs à haut niveau d’exigence où son intervention se justifie donc pleinement, eu égard aux coûts des machines et à ceux d’une panne inopinée. Pierre Colon : « Dans le secteur pharmaceutique, qui est pour nous un domaine de prédilection, avec de gros clients comme Baxter, GSK ou UCB entre autres, il est très facile de démontrer que nos clients récupèrent en quelques mois ce qu’on leur coûte en quelques années. Dans ce créneau, une heure d’arrêt de machine peut coûter, en moyenne, de 500.000 à 800.000 EUR.! Vous comprendrez donc que là-bas on analyse toutes les machines, de la plus grande à la plus petite ! »

I-care est active aussi dans deux autres domaines. Celui des cimenteries et celui de la production d’énergie, notamment nucléaire, où les aspects de sécurité sont importants. La société montoise déploie non moins de 5 ingénieurs, à temps plein, à Tihange. En France, le groupe est aussi très présent dans la pétrochimie.    

Confiance aux jeunes et aux réseaux

Le jeune personnel d’I-care est essentiellement composé d’ingénieurs. L’entreprise recrute souvent des stagiaires qui lui ont donné satisfaction. Lauréate 2011 du Grand Prix wallon de l’Entrepreneuriat, I-care vise désormais à renforcer sa présence dans les secteurs où elle est déjà implantée. Son ambition est aussi de s’attaquer à des pays porteurs comme l’Angleterre et l’Espagne.  

Convaincue par les vertus des échanges d’expériences, I-care est une adepte du travail en réseau.  » On est intégré au cluster photonique  » nous dit encore Pierre Colon.  » On collabore aussi avec CLICE Maintenance, une association d’industriels liégeois, et avec la BEMAS, Belgian Maintenance Association. Dans ces groupements, chacun nourrit les expériences de l’autre.  »

Enfin, particularité amusante de la PME montoise, I-care se prononce aussi bien à l’anglaise qu’à la française ! Pour la société qui prend soin de vos machines, « the limit is the sky », CQFD !

                                                                                                                     Michel Bellefontaine

 Cet article a été publié dans le magazine économique B 2 Hainaut de Juin 2012. http://www.hainaut-developpement.be/publications/b2h17.php?page=12

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s