Rosier S.A., une entreprise fertile

Publié: 12 décembre 2012 dans Success en Hainaut
Tags:,

S’appeler Rosier quand on est spécialiste des plantes, cela ne s’invente pas ! A Moustier, entité de Frasnes-Lez-Anvaing en Wallonie-Picarde, l’usine Rosier fait partie du paysage depuis 1880. A l’origine de ce qui est aujourd’hui un groupe florissant, Alfred ROSIER, un agriculteur qui décida de produire du superphosphate de chaux, un des tous premiers fertilisants minéraux. Désormais, le nom a disparu de l’organigramme mais l’esprit « familial » demeure. Le Directeur général, Daniel RICHIR, nous montre d’emblée un portrait du fondateur. Ici, on n’oublie pas le passé et on puise … dans les racines les éléments nutritifs de l’activité industrielle du présent.

 

Bien nourrir les plantes pour mieux nourrir les hommes

Le métier de Rosier, c’est la production de fertilisants minéraux destinés aux cultures qui, elles, nourrissent les 7 milliards d’êtres humains. Le marché est donc très vaste mais aussi très diversifié. Le blé en Nord-Picardie, la betterave en Allemagne, le maïs en Afrique ou les légumes en Australie ne nécessitent pas les mêmes apports. Le concept qui fait le succès de Rosier est de proposer aux agriculteurs des produits répondant aux besoins spécifiques de leurs cultures. Ses fertilisants tiennent ainsi compte du potentiel génétique des plantes, du type de sol, du climat, de la pluviométrie, … La société essaime dans le monde 2 grandes sortes de produits, comme nous l’explique Daniel RICHIR, face à sa mallette d’échantillons : « notre plus grande production (750.000 tonnes) est celle des fertilisants sous formes de granulés. A côté de cela, nous avons nos spécialités qui sont des poudres hydrosolubles, assimilables avec un minimum d’apport d’eau, ou encore des fertilisants liquides, à pulvériser. J’insiste sur le fait que la composition de chaque sorte de produit est déclinée en fonction des particularités d’utilisation ».

250 employés qui donnent le « coup de pousse » !

Le groupe Rosier est constitué de 2 entités industrielles, classées Seveso II. Nous sommes bien dans le secteur chimique et les exigences de sécurité et de précaution environnementales y sont élevées. Le siège historique de Wallonie picarde abrite la Maison mère et l’une des usines (130 personnes). L’autre est au Pays-Bas, à Sas van Gent (110 personnes). Une petite filiale de distribution (10 personnes) est installée en France, près d’Arras.

Rosier S.A., PME d’origine familiale, est aujourd’hui un groupe coté à la bourse de Bruxelles et dont l’actionnariat est partagé entre le colosse pétrolier Total (57%) et les petits porteurs (43%). Malgré cette structure financière intimidante, l’entreprise a su garder les pieds sur terre et conserver un esprit convivial, propice au dynamisme, à la responsabilisation de chacun et à la réactivité aiguisée. Daniel RICHIR : « la cohabitation avec Total (120.000 personnes dans le monde) fonctionne très bien. On a gardé notre état d’esprit historique car on est parfaitement conscients que notre sort ne dépend que de nous. Dans un grand groupe, l’important est de ne pas empiéter sur le domaine de l’autre. Si vous exercez un métier périphérique, comme c’est notre cas, il n’y a pas de souci. On n’embête pas Total, on fait nos résultats, on paie les dividendes et tout le monde est content ».

En matière de bilans, Rosier est une société qui ne se plante pas ! Les graphiques sont plutôt valorisants, à l’exception marquante de l’année 2009, caractérisée par 6,5 millions € de pertes. « En 130 ans, c’est la première fois que nous perdions de l’argent », nous confie Daniel RICHIR. « Dans notre secteur, après une année 2008 exceptionnelle en raison des prix élevés et du volume vendu, nous avons perçu directement l’impact de la crise économique. Les prix se sont effondrés (de moitié) et il y a eu des pertes, notamment sur les stocks ». Aujourd’hui, la situation et les prix sont stabilisés, même si, au 1er semestre 2012, la consommation des fertilisants a baissé en Europe de l’Ouest. Suivant son slogan teinté d’humour, Rosier entend donc bien rester, pour les plantes du monde entier, « le meilleur coup de pousse ».

Les Experts de l’Export

Rosier exporte plus de 90% de sa production, dans près de 120 Etats, dont les pays limitrophes, ses premiers clients. Mais un bon 40% du CA (265 M€ en 2011) est réalisé sur d’autres continents. Rosier est partout dans le monde, de l’Australie à la Chine, sans oublier l’Afrique, son 1er marché hors UE, là où il y a beaucoup de bouches à nourrir et où peu d’usines de fertilisants composés existent. Les collaborateurs du groupe peuvent donc jouer dans la série à succès des « Experts de l’Export ». Prix Wallonie à l’Exportation 2012, ils sont prêts à poursuivre l’aventure. Exportateurs ou explorateurs, même combat, selon Daniel RICHIR. « Dans l’export, il y a toujours une part d’aventure. Notre métier est très influencé par la géopolitique. Il ne se passe pas une semaine sans un évènement dans le monde qui a un impact sur notre activité. Le printemps arabe, une élection au Sénégal, la situation en Syrie, l’intervention directe d’un Etat dans l’une de nos commandes, etc … Nous vivons tout cela de près. Cela rend aussi notre travail très ouvert sur les autres. Entre un Ukrainien, un Philippin et un Soudanais, les visions ne sont pas les mêmes. Au-delà du business, les rencontres sont souvent très enrichissantes au niveau de la culture … humaine, cette fois ! ».

                                                                                                                          Michel BELLEFONTAINE

Une version plus courte de cet article a été publiée dans le magazine économique B2 Hainaut de décembre 2012.  http://www.hainaut-developpement.be/publications/b2h19.php?page=12 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s