Brasserie d’Ecaussinnes. Une grosse ambition à l’export

Publié: 18 mars 2013 dans Entreprises, News
Tags:

Ça bouge beaucoup dans le domaine de nos brasseries régionales. Début novembre 2012, la brasserie d’Ecaussinnes, que le couple Van Poucke a relancé il y a 13 ans, a été rachetée par un investisseur chinois, associé minoritairement à un français. Il n’est pas question de délocalisation de la production mais plutôt d’une modification de la gamme de bières et d’un accroissement conséquent des volumes. Le marché chinois est hors norme !

 

Photo: brasserie d'Ecaussinnes

Photo: brasserie d’Ecaussinnes

Hugues et Isabel Van Poucke (et même leurs deux charmantes filles de 3 et 11 ans !), ont énormément travaillé pour brasser à nouveau l’Ultra, à Ecaussinnes, et faire de leur ancienne ferme-château ce qu’elle est aujourd’hui ; une entreprise florissante et un lieu d’accueil pour touristes ou groupe d’amis. « Outre les parties d’habitation, le site comprend tout d’abord la brasserie que l’on peut visiter sur rendez-vous. Nous avons aussi non moins de 5 salles ; l’une de 420 personnes assises à tables, une autre de 120 places et 3 salles pouvant accueillir 50 personnes. Il y a également le restaurant « Le Caquelon » d’une capacité de 120 couverts. Il dispose d’une agréable terrasse et, depuis quelques mois, le concept proposé est celui de la fondue à volonté. C’est un endroit très convivial pour un moment en famille ou entre amis ».

La brasserie d’Ecaussinnes produit une vingtaine de bières, dont la gamme Ultra. L’arrivée de l’investisseur chinois, le plus gros importateur de produits alimentaires belges, va quelque peu changer la donne. Hugues Van Poucke.  » Pour nous, ça ne représente pas un bouleversement complet. Nous continuons à produire de la bière ici puisque c’est le Made in Belgium qui intéresse les chinois. Mais la gamme va être un peu réduite. Nous allons arrêter certains de nos produits qui se vendent moins et, par contre, nous fabriquons maintenant une très bonne bière blanche que les chinois adorent ».

Des investissements pour la production et pour l’accueil sur le site

Si la gamme évolue, il en va de même pour les volumes. Il faut brasser plus pour exporter plus, c’est logique ! Le propriétaire asiatique, qui passe en Belgique et donc à la brasserie une fois par mois, ne manque pas d’ambition, ni de moyens.  » Une grande partie de la vente est prise en charge par eux », nous confie encore Hugues Van Poucke. « Nous, on se concentre presqu’exclusivement sur la production. Et comme on doit fabriquer plus, des investissements ont été effectués. De nouvelles machines sont déjà là, dont une qui nous permet de mettre automatiquement la marchandise dans des cartons, prête à l’expédition ».

Photo: brasserie d'Ecaussinnes

Photo: brasserie d’Ecaussinnes

Les chinois modernisent l’outil mais ils ont aussi des projets pour l’ensemble du site. Il est ainsi question de baliser et de sécuriser la brasserie, en vue de l’organisation des visites, de réaménager le parking et de créer une salle d’accueil et de dégustation, notamment. L’objectif avoué de ce lifting en profondeur est d’amener à Ecaussinnes des cars de touristes venus d’Asie. Le nombre actuel de 2.000 à 3.000 visites annuelles devrait être vite dépassé.

Partenariat avec « La Binchoise »

La brasserie d’Ecaussinnes et la brasserie La Binchoise ont noué récemment un partenariat. Celui-ci, devrait (ou pourrait) déboucher, dans un avenir proche sur un changement de gestionnaire. Hugues Van Poucke. « A la binchoise, ils ne veulent plus investir dans du matériel et ils n’ont plus de place pour s’étendre. Par conséquent, nous avons commencé à produire pour eux car ils enregistrent aussi une belle augmentation des volumes. D’un autre côté, nous avons de l’aide au niveau de la technique de fabrication de la bière par Bruno Deghorain, qui est un expert dans ce domaine. Normalement, il devrait prendre ma succession dans 2 ou 3 ans ».

Hugues Van Poucke ne va pas quitter le monde brassicole mais s’investir, via une nouvelle société déjà créée, dans la vente de matériel neuf et d’occasion pour les brasseries. Très dynamique et bien introduit dans ce milieu de passionnés où tout le monde se connaît, il ne devrait pas rencontrer trop de problèmes dans sa reconversion. D’autant plus qu’il n’hésite pas à prédire un avenir positif pour le secteur. « Il y a un bel avenir pour la brasserie d’Ecaussinnes et, je crois, pour quasiment toutes les brasseries en Belgique. Il y a énormément de demande de l’étranger. La bière belge est un produit qui plaît, comme le chocolat. Toutes les brasseries belges sont en progression à l’export. Pour notre part, en plus de la Chine, nous prospectons aussi au Japon. Et dans quelques semaines, un belge qui travaille pour nous va s’installer en Californie où les perspectives sont bonnes également. Nous sommes plein de projets ».                                                    

                                                                                                              Michel BELLEFONTAINE

Publicités
commentaires
  1. […] Ça bouge beaucoup dans le domaine de nos brasseries régionales. Début novembre 2012, la brasserie d’Ecaussinnes, que le couple Van Poucke a relancé il y a 13 ans, a été rachetée par un investisseur…  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s