La Louvière Hockey Club … royal et convivial !

Publié: 25 juin 2014 dans Business club Centre Capital
Tags:, , ,

logoCC

Créé en 1960 sous l’impulsion de son président fondateur, Willy Lurquin (et de Jean-Pol Durand, membre de Centre Capital), le club de hockey louvérois a connu plusieurs implantations avant de trouver ses marques, rue Léopold III à Saint-Vaast. Stade Triffet à Louvière, Corderies à Fayt-Lez-mange, Pachy à Mariemont sont autant de points d’ancrage qui ont précédé l’arrivée, en 1968, dans le parc du domaine de La Louve.

Mais, au début des années 90, l’avènement des terrains synthétiques força le club à un exil sportif, à Nivelles et à Manage. Un exil que les dirigeants espéraient le plus temporaire possible, le temps que leur demande de subside pour un nouveau terrain fasse son chemin dans les arcanes régionales wallonnes. Après 7 ans, patience et acharnement furent récompensés par un premier synthétique, construit pour 18 millions de FB, à côté des bâtiments du Service Provincial de la Jeunesse, à Saint-Vaast. Le club y dispose, depuis avril 1996, d’un complexe fonctionnel, inauguré par le ministre Elio Di Rupo, de passage dans le coin, entre une réunion au Roeulx et une autre … à Binche !

La position géographique du club a permis à son président, Xavier Huygens, d'attirer Elio Di Rupo pour l'inauguration du 1er terrain synthétique, en avril 1996.

La position géographique du club a permis à son président, Xavier Huygens, d’attirer Elio Di Rupo pour l’inauguration du 1er terrain synthétique, en avril 1996.

Club ambitieux et formateur

S’il est incontestable que les nouvelles installations ont joué un rôle primordial dans l’évolution du club, d’autres facteurs expliquent sa croissance. Le dynamisme, la motivation et les compétences des dirigeants et entraîneurs, les actions de promotion et le fait d’être le seul club régional ont permis au hockey de s’installer durablement dans la région du Centre, traditionnellement plutôt dédiée au foot. Xavier Huygens, président du club. « Nous sommes en progression depuis plusieurs années. On a, à ce jour, environ 300 joueurs et la saison prochaine (2014 – 2015), une vingtaine d’équipes porteront nos couleurs. C’est déjà bien mais j’estime que notre progression ne suit pas la courbe qu’elle devrait suivre. Au niveau qualitatif, nous sortons d’excellents joueurs, mais au point de vue quantitatif, je suis un peu déçu. Nous devons faire mieux et la ligue francophone va nous aider en ce sens. »

MBe. La formation des jeunes est un axe essentiel du développement de votre club ?

Xavier Huygens. « L’encadrement sportif représente 46% de notre budget. On a pu compter sur des gens comme Jean-Claude Moreau, qui est un ancien international, et sur d’autres encore qui ont donné l’élan d’un encadrement de haut niveau. La spirale des victoires du club a été engagée par eux. La saison prochaine, nous effectuerons un pas supplémentaire avec un programme spécifique. Notre staff d’entraîneurs sera supervisé par une association qui regroupe des internationaux belges, français et espagnols ou des joueurs qui pratiquent en division 1. Ces joueurs de qualité viendront visionner et conseiller nos entraîneurs, ce qui les fera inévitablement progresser pour le plus grand bien du club. »

hc-19hc-13

 

 

 

 

 

La ligue francophone en soutien des clubs

Dominique Coulon, secrétaire général de la ligue francophone, nous précise la structure du hockey sur gazon en Belgique. « Le hockey est l’un des derniers sports à avoir scindé ses activités. Nous avons, depuis 2 ans seulement, une vlaamse ligua et une ligue francophone, chapeautées par une coupole qui gère les équipes nationales. L’objectif de la ligue francophone est de se rapprocher de la vie des clubs et de les accompagner dans leur développement. Nous avons mis au point un plan stratégique qui comprend 3 priorités : la formation, les infrastructures et la gestion. Depuis quelques temps, le hockey est en croissance de 10%/an, en moyenne. Peu de sports peuvent se targuer d’une telle croissance. On ne s’en plaint donc pas mais il faut encadrer correctement cette croissance. Il existe des disparités régionales et nous devons en tenir compte dans notre travail. En Brabant wallon par exemple, nous avons constaté une croissance de 75% en 5 ans ! En Hainaut, il y a seulement 5 clubs, dont celui de La Louvière. »

MBe. La ligue va-t-elle donc axer ses actions de promotion vers le Hainaut et comment ?

Domique Coulon. « Oui, clairement. Et on va se baser sur une expérience menée cette saison dans une province encore moins bien dotée, la province de Luxembourg. Elle est le parent pauvre du hockey avec un seul club, situé à Arlon. Notre objectif est d’en avoir 2 ou 3 de plus dans les années à venir. Pour y arriver, on a passé un accord de partenariat avec les différentes écoles. Nous avons ainsi fait découvrir notre sport à environ 2.500 enfants. Et notre espoir est maintenant de les motiver à pratiquer le hockey dans un club. Nous allons faire la même chose en Hainaut et l’avantage ici est que les clubs existent et ne sont pas saturés. »

Dominique Coulon, très pédagogue dans ses explications.

Dominique Coulon, très pédagogue dans ses explications.

MBe. Je suppose que les bons résultats de nos équipes nationales, Red Lions et Black Panthers, sont de nature à provoquer un certain engouement pour le hockey ? 

Do.C. « Il est clair que nous surfons sur la vague des bons résultats internationaux de nos équipes représentatives. Aux derniers championnats du monde, qui viennent de s’achever aux Pays-Bas, les hommes ont fini 5ème et les dames 12ème. C’est remarquable et nous aimerions plus de médiatisation encore, notamment au niveau télévisuel. »

MBe. Il règne un grand professionnalisme autour de nos équipes nationales ?

Do.C. « Absolument. Sachez par exemple que, bien qu’ils ne soient pas professionnels (à part l’un ou l’autre), les joueurs (ou joueuses) sélectionnés doivent être à disposition de l’équipe nationale 2 jours par semaine. Ils reçoivent pour cela un défraiement, minime par rapport à ce qui existe dans d’autres sports comme le foot. La fédération a mis en place un programme « Top hockey » de 10 ans qui permet, grâce aux moyens financiers dégagés, d’embaucher des entraîneurs et cadres de haut vol. Par exemple, notre directeur technique est l’ancien responsable des équipes nationales hollandaises. C’est une référence dans le milieu. Le hockey belge est donc ambitieux pour les prochaines années. Les Red Lions viseront une médaille aux J.O. de Rio et les Black Panthers, qui ont une belle marge de progression car l’équipe est très jeune, tenteront d’intégrer le top 8 mondial. »     

hc-8hc-1 

 

 

 

 

Le club de hockey louviérois est une association qui compte dans l’univers sportif régional, comme en témoignent les « mérites sportifs » reçus de la ville, de la Communauté urbaine du Centre et de la Province de Hainaut. Bien dans ses meubles, il dispose depuis août 2011 d’une nouvelle aire de jeu basée sur les dernières technologies en matière de surface synthétique. Ce nouvel outil, représentant un investissement en partie subsidié de quelque 400.000 €, doit lui donner l’impulsion d’une nouvelle progression. Une progression, soyons-en sûr, qui ne se fera nullement au détriment de son maître atout : l’esprit de club, familial, amical et convivial.

                                                                                                           Michel BELLEFONTAINE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s