Un tout nouveau chai pour les Agaises

Publié: 15 septembre 2014 dans Entreprises, Infrastructures, Success en Hainaut
Tags:, , ,

Les vignes d’Haulchin, au lieu-dit les Agaises, se développent depuis 12 ans. De 2 hectares au début de l’aventure, l’exploitation en est aujourd’hui à 18, représentant quelque 180.000 pieds, de chardonnay notamment mais aussi de pinot noir et de pinot meunier. Jusqu’à présent, c’est dans les installations de la ferme de la Tour, à quelques centaines de mètres de là, que toutes les opérations de vinification étaient effectuées. Un endroit désormais trop exigu, comme nous le confirme le propriétaire, également partenaire du vignoble, Etienne Delbeke.

 « Oui c’est vrai. Par rapport au nombre d’ha qui sont plantés et donc au nombre au nombre de bouteilles espérées, on était un peu à l’étroit dans les bâtiments de la ferme. D’autant plus que notre activité de pommes de terre est assez importante et qu’elle va continuer à l’être pendant encore de nombreuses années. La cohabitation entre les raisins et les pommes de terre devenait un peu difficile. »

Document : ArTEO sprl

Document : ArTEO sprl

Au bord des vignes

La construction de la nouvelle infrastructure a été entamée, au pied même des vignes, en juin dernier. L’emplacement du futur chai est idéal mais a nécessité entre autres d’importants travaux de stabilisation des fondations, en raison du sol très calcaire. Et ce n’est là que l’une des difficultés rencontrées. Raymond Leroy, fondateur du vignoble des Agaises. «  Au point de vue emplacement, ce n’était certainement pas le plus simple. C’est le plus joli, le plus merveilleux mais au niveau technique c’était très compliqué. Pour l’eau par exemple, on a dû faire des puits parce qu’on n’a pas d’eau courante. En ce qui concerne l’égouttage, on été contraints de prévoir un système pour envoyer l’eau décantée. Donc l’emplacement est magnifique mais il nous a posé pas mal de problèmes. »

Raymond Leroy, la passion contagieuse

Raymond Leroy, la passion contagieuse

Le chai en construction (11 sept. 2014)

Le chai en construction (11 sept. 2014)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les partenaires du vignoble des Agaises se sont entourés des meilleures compétences possibles pour concevoir puis mener à bien leur ambitieux projet, représentant un investissement conséquent. La société Wanty a traité les sols et ce sont à présent une quinzaine d’ouvriers de l’entreprise VERELST, spécialisée dans les bâtiments industriels, qui s’activent sur le site. «  On est dans les délais comme promis au client, nous précise Franck Comeyne, gestionnaire de projets pour VERELST S.A. On avait dit que le bâtiment serait fermé pour la fin septembre. On aura les châssis la 1ère semaine d’octobre et donc tout sera fermé pour l’hiver comme prévu. Nous avons eu quelques difficultés à produire les panneaux de parement en silex, en arrondis. Idem pour les châssis, également en arrondis. Ce n’était pas évident. Mais tout va bien. »  

Document : ArTEO sprl

Document : ArTEO sprl

   photo 4

 

 

 

 

Un bel écrin pour le Ruffus

Surmontant les difficultés, le rôle des ouvriers est évidement de mettre en œuvre les consignes des architectes. C’est le bureau Arteo (Les Bons-Villers) qui a imaginé pour les Agaises un édifice à la fois pratique, parfaitement isolé et très esthétique. « Ici, nous explique Raymond Leroy, on aura tout ce qui est cuverie, pressoirs, matériel de vinification et ustensiles pour travailler la vigne. Il y aura également une partie commerciale. Etienne Delbeke poursuit la présentation. «  Le bâtiment est très bien isolé. Nous avions l’option éventuelle de faire une cave mais on a préféré rester de plain-pied. Par contre, on a voulu reproduire les mêmes conditions que dans une cave, champenoise par exemple, et on a donc été très vigilants en termes d’hygrométrie et d’isolation. Le chai sera très bien équipé. Nous aurons plus de 2.500 m², dont des bureaux de réception et de commercialisation, à l’étage. On aura vraiment tout, ici sur place au bord des vignes, pour produire le fameux Ruffus de A à Z. »

Document : ArTEO sprl

Document : ArTEO sprl

La cuvée seigneur Ruffus est un indéniable succès commercial puisque tout est vendu avant même d’être produit. Pour satisfaire la demande et rentabiliser l’investissement qui reste une aventure audacieuse, la vigne s’étendra à nouveau de quelques hectares dans les prochains mois. En attendant, le millésime 2014 – qui sera récolté dans une dizaine de jours – s’annonce prometteur, en qualité et en quantité. A déguster en juin prochain, lors des journées portes-ouvertes qui marqueront l’inauguration du nouveau bâtiment.         

                                                                                                               Michel Bellefontaine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s