RubberGreen, des perspectives pour le caoutchouc recyclé

Publié: 1 octobre 2014 dans Entreprises
Tags:, ,

RubberGreen est une jeune société, implantée dans la Zone d’Activité Economique de Frameries, à quelques centaines de mètres de l’entreprise Bridgestone qui lui fournit une partie de sa matière première. Le fabricant japonais pratique en effet du rechapage de pneus d’avions et ce sont ces déchets de râpage qui intéressent la PME fondée par Olivier PRUD’HOMME en 2009. RubberGreen a fait du recyclage de caoutchouc sa spécialité et livre à ses clients des produits spécifiques à haute valeur ajoutée.

 

Au début de l’aventure, c’est le marché de tapis pour des logettes de vaches laitières qui était ciblé par l’entreprise. Un créneau très particulier qui n’a pas donné les résultats escomptés, notamment en période de crise du lait et donc de vaches maigres pour les exploitants. Loin de se décourager par un départ timide, les têtes pensantes ont développé ensuite d’autres produits, à base de caoutchouc de pneus de voiture, un matériau acheté sous forme de granulats et qui est disponible à foison. Aujourd’hui, RubberGreen conçoit, fabrique et vend des produits en caoutchouc recyclé dotés de nombreuses propriétés dûment testées. Olivier PRUD’HOMME, directeur exécutif. « On s’est spécialisé depuis 2 ans dans l’isolation acoustique et vibratoire, principalement pour les secteurs ferroviaire et de la construction. Nous avons aussi une grande expertise dans les protections structurelles de toitures. Nous travaillons pour des clients de références tels Bouygues, Eiffage ou encore, chez nous, pour De Lijn à Gand dont nous équipons les voies de tramways. »

Très présent à l’export

En tant que fabricant RubberGreen mène essentiellement ses activités en « business to business » et dispose d’un vaste réseau de distributeurs et de partenaires dans de nombreux pays. L’entreprise participe volontiers à des salons à l’étranger où elle bénéficie de l’appui qualifié de précieux de structures comme Hainaut Développement et l’AWEX. Le salon lillois de l’industrie ferroviaire (SIFER) est un must pour elle, d’autant plus qu’elle possède un bureau dans le Nord de la France. Les marchés en croissance du Middle East (Dubaï et Qatar) sont également dans le collimateur de la PME, très active à l’export (France, Espagne, Allemagne, Pologne, Algérie, Turquie, …).

Investissements

Les matériaux résilients à base de caoutchouc composite de RubberGreen ont été mis au point en interne mais avec l’aide d’universités, de services techniques et de partenaires divers. Le maintien de la qualité et l’innovation constituent des priorités pour son directeur. « Nous avons actuellement un projet en cours de labellisation à la Région wallonne, avec le pôle Mecatech et des partenaires industriels, dans le domaine ferroviaire. Chez nous, la R&D est permanente et, à court terme, nous envisageons l’embauche d’un ingénieur qui gèrera un service spécifique doté des moyens adaptés. Il complètera notre staff composé pour l’instant de 10 personnes, dont des ouvriers que nous avons formés et qui travaillent sur des outils de production conçus par nous-mêmes. Nous avons aussi un responsable commercial qui a une solide expérience dans notre domaine. Nos activités sont en bonne croissance et, si tout se poursuit comme espéré, nous devrions évoluer assez rapidement vers une équipe de 15-20 personnes.»

La PME de Frameries se structure et construit peu à peu sa culture d’entreprise, son âme. Quasi seule en Belgique dans cette filière de recyclage, elle est à l’écoute des besoins de ses clients et prête à élargir son panel de produits. Elle envisage l’avenir avec optimisme, sérénité et clairvoyance. « En 2013, poursuit Olivier PRUD’HOMME, nous avons procédé à une augmentation de capital de la société pour préparer une phase d’investissement actuellement en cours. Nous sommes en train de moderniser notre usine et de nous mettre en conformité avec les normes incendie, entre autres. Nous installons aussi une nouvelle unité de production de moulages qui permettra une diversification des produits. Nous nous préparons à absorber des marchés de plus grande envergure. Nous ambitionnons prioritairement de consolider notre activité en atteignant la taille critique qui permettra de la pérenniser.»

                                                                                                                                                    Michel BELLEFONTAINE

Cet article a été publié dans la revue économique de la Province de Hainaut « B2Hainaut », d’octobre 2014.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s