Le Plan numérique de la Wallonie

Publié: 31 mars 2016 dans Business club Centre Capital
Tags:, , ,

logoCC

Jean-Claude Marcourt, vice-président du Gouvernement wallon, ministre de l’Économie, des PME, de l’Industrie, de l’Innovation, de la Recherche, de l’Enseignement supérieur et du Numérique, était l’invité de marque de Centre Capital, en ce mois de mars 2016. Quelque peu souffrant, le ministre est remplacé au pied levé par son chef de cabinet adjoint, Pierre Léonard. Il nous présente Digital Wallonia, la stratégie numérique déployée dans le cadre du Plan Marshall 4.0

Pierre Léonard représente le ministre Marcourt

Une vaste concertation au sein du Conseil du Numérique

A l’avenir, le numérique sera un facteur déterminant en tant que moteur d’innovation et de transformation de la Wallonie. Secteur à part entière, il joue un rôle de catalyseur et représente un enjeu majeur et transversal, un véritable levier de croissance et de compétitivité.

Pour élaborer le Plan numérique de la Wallonie, le ministre et ses collaborateurs ont tout d’abord procédé à un vaste brainstorming.

A côté d’études comme celles de Roland Berger et de l’Agence du Numérique, le Conseil du Numérique a engrangé les avis de pas moins de 200 experts et de 140 entreprises, publiques et privées.

Le Conseil du Numérique a identifié 5 thèmes pour lesquels seront fixés des objectifs stratégiques.

1. Le secteur lui-même

Il s’agit, tout d’abord, d’engager un programme de croissance pour les entreprises du secteur. Il y a, dès lors, lieu de structurer, de rationaliser et d’animer l’écosystème numérique :

– en mettant en œuvre une plateforme collaborative pour la Wallonie numérique, Digital Wallonia ;

– en spécialisant les incubateurs et en regroupant les acteurs ;

– en dédiant un fonds d’investissement au numérique.

Ce Fonds – appelé W.IN.G pour Wallonia Innovation and Growth by Digital Wallonia – est le fonds d’investissement pour les startups numériques. Géré par la SRIW, il a pour objectif d’investir dans les startups numériques innovantes à fort potentiel de croissance.

L’investissement prévu se décline en deux temps :

– un préfinancement à la création de l’entreprise ou à sa sortie d’un incubateur d’un montant maximum de 50.000 euros sous forme de prêt convertible ;

– une intervention aux côtés d’investisseurs privés d’un montant qui peut atteindre 250.000 euros, à condition que le potentiel de rentabilité de la startup soit avéré.

Il faut également renforcer la recherche dédiée au numérique et faciliter sa transmission vers les entreprises en constituant, notamment, un Digital Wallonia Hub pour la recherche et l’innovation numérique.

cm-11cm-16

 

 

 

 

 

2. L’économie par le numérique

Il s’agit ici d’organiser la transformation numérique de l’économie et des entreprises, en menant des actions au niveau des activités commerciales liées à l’internet et en accélérant la transformation numérique des entreprises.

Notre retard étant avéré en ce domaine, il est primordial de créer les conditions pour un e-commerce wallon compétitif.

Pour tenter de favoriser le développement de l’e-commerce en Wallonie, la  stratégie repose sur 6 mesures complémentaires : la sensibilisation des entreprises, le développement d’outils d’autodiagnostic, la modernisation des régimes d’aides publiques, une offre d’expertise ciblée pour accompagner la transformation numérique, la création d’un cadre favorable à l’e-commerce par des mesures fiscales et réglementaires, une action sur les coûts de la chaîne de valeur.

Une autre initiative, « Commerce connecté » est portée par différents partenaires publics et privés comme l’AEI, l’AdN, l’UCM et Google, notamment.

cm-5

3. Les services publics

Le numérique constitue un véritable facteur de renouveau des services publics. Dans cet esprit, il conviendra de faire du canal numérique le mode de fonctionnement « par défaut » des services publics, mais aussi par « l’open data » de pallier notre retard en matière d’ouverture de données. L’open data sera véritablement au cœur de Digital Wallonia.

Il s’agit, à terme, de créer 50.000 emplois, de sauver 6.000 entreprises et de créer 1,7 milliards de valeur ajoutée

4. Un territoire connecté et intelligent

Il est évident qu’une volonté politique forte est nécessaire pour placer la Wallonie dans le peloton de tête des « giga-régions » et pour généraliser les connexions 3G, 4G et demain 5G.

Elle sera tout aussi nécessaire pour installer des Data Centers qui contribueront immanquablement à l’attractivité de notre territoire.

Elle le sera, enfin, pour la mise en place d’un plan ambitieux de déploiement du Très Haut Débit partout en Wallonie, au bénéfice de tous les citoyens, des zonings et parcs d’activités économiques, des écoles, des EPN et des centres de formation.

5. Compétences numériques et emplois

Le citoyen ne doit pas être oublié dans la stratégie numérique. Le Gouvernement prévoit ainsi de doter les écoles d’équipements et d’infrastructures de pointe.

Les Smartcities ou villes intelligentes sont incontestablement un élément clé des enjeux de la société et de la vie en milieu urbain de demain.

Il s’agit de moderniser le territoire urbain par le numérique dans une stratégie régionale cohérente permettant d’atteindre une taille critique des usages et un impact bénéfique sur le développement socio-économique des écosystèmes urbains.

Concrètement, le Plan numérique propose :

  • de mutualiser les ressources et d’assurer la cohérence des initiatives via une plateforme virtuelle et un forum physique ; il s’agit d’évoluer de la Smartcity à la smart région et d’assurer le transfert des ressources technologiques vers les pouvoirs locaux ;
  • d’accélérer les projets Smartcities par un cadre réglementaire favorable et une gouvernance innovante ; c’est l’application de la directive européenne sur l’ouverture des données publiques ou open data et il s’agit d’accompagner les acteurs publics dans ce processus ;
  • de mettre en œuvre un environnement régional de développement, d’expérimentation et de déploiement des initiatives smartcities.

Liège, Namur, Charleroi, Mons et Tournai sont des villes inscrites dans la démarche. La Louvière par contre ?

cm-10

Quelques chiffres

Le Numérique en Wallonie, cela va représenter un budget de plus de 500 millions sur une période de 4 ans. Pour 34%, il s’agit de crédits classiques, pour 29%, de Fonds Plan Marshall 4.0 et pour 37% de Fonds Feder.

Les investissements seront répartis comme suit : 44% pour le secteur numérique, 20% pour les compétences et l’emploi, 19% pour le territoire connecté et intelligent, 10% pour l’économie par le numérique et 7% pour les services publics.

80 millions seront consacrés au Digital Wallonia Hub, 80 millions au Fonds numérique et 26 millions aux Smartcities.

                                                      Michel Bellefontaine (photos: Michel Avaert)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s