Sport et business

Publié: 14 juin 2016 dans Entreprises
Tags:, ,

Wanty-Groupe Gobert

Official 2015 Wanty - Groupe Gobert team photo

Wanty-Groupe Gobert est une équipe cycliste professionnelle pro-continentale. Avec un budget total qui avoisine les 3,5 millions d’€, elle est active en quelques sortes dans la division 2 du cyclisme. Cette saison 2016, l’équipe a connu le pire et le meilleur. Le pire, c’est le décès de son jeune coureur Antoine Demoitié, heurté par une moto après une chute lors de la classique Gand Wevelgem. Le meilleur, c’est la victoire d’Enrico GASPAROTTO à l’Amstel Gold Race. Nous avons rencontré Christophe WANTY, l’Administrateur délégué du Groupe éponyme.

Wanty 2B2H. Christophe WANTY, votre groupe investit depuis longtemps dans le sponsoring sportif. Depuis 3 ans, vous êtes surtout visible dans le cyclisme avec l’équipe professionnelle Wanty-Groupe Gobert. Pourquoi le choix de ce sport plus particulièrement ?

Christophe WANTY. A travers le sport, Wanty a toujours cherché à promouvoir le dépassement de soi et la recherche de la performance. Des valeurs qui collent à la peau de notre entreprise. D’abord co-sponsor de l’équipe Accent-Job, Wanty a grandi en même temps que l’équipe pour en devenir sponsor principal, il y a trois ans. Notre groupe a développé ses activités en Flandre (implantation d’un nouveau siège dans le port de Gand, notamment) et en France, et le choix du cyclisme s’imposait grâce à la notoriété de ce sport dans ces zones géographiques. De même, le cyclisme est l’un des seuls sports offrant la possibilité d’appeler l’équipe par le nom de son sponsor. Ce qui offre une visibilité et une notoriété appréciable au groupe Wanty.

B2H. Que recherchez-vous comme retour avec cet investissement important, étant entendu que vous ne vendez pas des produits ou services destiné au grand public ?

C.W. C’est évidemment la notoriété du groupe Wanty qui est recherchée à travers le cyclisme. Wanty étend de plus en plus ses activités. Grâce au cyclisme, notre entreprise a acquis une notoriété et a augmenté sa « cote de sympathie » bien au-delà de sa zone première d’activité, à savoir le Hainaut.

B2H. Votre présence dans les pelotons partout en Europe peut-elle faciliter l’accès à certains marchés ? La notoriété due aux retours médias et à la popularité du cyclisme est-elle un atout pour votre business ?

C.W. Lorsque vous rencontrez un dirigeant d’EDF, avec qui Wanty travaille de plus en plus en France, il est évident que le fait de posséder sa propre équipe cycliste professionnelle est un gage de sérieux et de qualité !

Wanty n’a jamais caché qu’il souhaitait encore étendre le champ d’action géographique de ses activités. La notoriété internationale acquise grâce à la présence de nos coureurs dans les plus belles courses est évidemment importante.

B2H. Vous avez créé un club d’affaires autour de l’équipe et des courses auxquelles elle participe. Ce club permet-il de concrétiser des affaires ou est-il plutôt utile pour préparer le terrain et gérer le relationnel ?

C.W. Il y a trois ans, lors de sa fondation, le Want You Club comptait 13 membres. Aujourd’hui, il regroupe une soixantaine de partenaires. Preuve de son dynamisme et de son utilité. Les différentes membres réalisent de plus en plus de business ensemble, ce qui est le but n°1 de ce genre de cercle d’affaires. Pouvoir rencontrer des dirigeants d’entreprise dans un contexte festif comme celui du cyclisme permet également de développer des relations privilégiées.

Enrico Gasparotto from Italy raises his arms in victory as he crosses the finish line of the Amstel Gold Race cycling race, on April 17, 2016 in Maastricht. / AFP PHOTO / ANP / Bas Czerwinski / Netherlands OUT

B2H. Une victoire comme celle d’Enrico GASPAROTTO à l’Amstel Gold Race est forcément importante. Est-il possible d’en mesurer l’impact ?

C.W. Nous enregistrons des hausses très significatives du trafic sur les sites internet de l’équipe, mais également de la société Wanty lors des grandes victoires, comme celle de GASPAROTTO à l’Amstel. Sur la page Facebook de l’équipe, l’annonce de ce succès a enregistré une visibilité de plus de 500.000 utilisateurs !

Wanty 5Les retours presse ont été immenses après ce succès. Une page entière dans L’Equipe, une page entière dans La Gazetta Dello Sport et une revue de presse riche de plus de 100 pages à travers la presse belge et internationale, cela n’a évidemment pas de prix ! Les messages de félicitations sont arrivés des 4 coins du monde. Ce genre de succès permet aussi de prouver que notre équipe peut rivaliser avec les meilleurs teams du monde … et, par conséquent, que notre entreprise familiale peut également rivaliser avec les grands groupes internationaux actifs dans les mêmes secteurs.

B2H. Une participation au Tour de France est-elle votre Graal ? Permettrait-elle de développer plus encore vos activités dans ce pays voisin ?

C.W. A l’image du groupe Wanty, notre équipe cycliste grandit step-by-step. N’oublions pas que l’équipe Wanty-Groupe Gobert n’en est qu’à sa troisième saison d’existence ! Cette année, c’est la première fois qu’ASO (l’organisateur, ndlr) nous a accordé des Wild-cards pour des tours (Tour d’Oman, Tour du Qatar et Dauphiné Libéré). L’étape suivante voudrait donc que l’on reçoive une invitation pour l’un des trois grands tours. On tente développer l’équipe pour arriver le plus loin possible. Si l’on parvient à placer la cerise sur le gâteau, on pourra à nouveau être très fier et satisfait du chemin parcouru …

Belfius Mons-Hainaut

Belfius 1

Belfius Mons-Hainaut est avec le Proximus Spirou Basket, une équipe hainuyère du haut du panier. Active à la Mons Arena de Jemappes, l’équipe première n’a pas réalisé une saison exceptionnelle. Cela étant dit, le basket professionnel est un excellent vecteur de communication pour les PME. L’ambiance lors d’un match est toujours endiablée, chaleureuse, amicale, festive et fair-play. Ronald ISAAC, responsable Presse et Communication évoque avec nous les relations entre le club, dont le budget annuel est d’environ 2 millions d’€, et les PME qui le soutiennent.

B2H. Notre dossier est consacré à l’implication du business dans le sport, ou l’inverse ! Le basket est un sport qui a intégré depuis longtemps ces données à la fois financières et relationnelles. Comment cela se traduit-il au Belfius Mons-Hainaut ?

Ronald ISAAC. Nous avons besoin des entreprises pour vivre, puisque leur apport financier représente environ 90% du budget. Et les entreprises ont besoin de partenaires comme le basket pour inviter leurs clients et/ou faire de la pub. C’est donc du win-win. Depuis 25 ans en Division 1, Belfius Mons-Hainaut n’a cessé d’augmenter son offre VIP et a récemment rénové et même créé des espaces VIP afin de coller davantage aux demandes les sociétés.

B2H. L’accueil des partenaires, des VIP et des PME est l’élément central de vos actions vis-à-vis des entreprises. Constatez-vous une évolution dans ce domaine, dans les attentes des sponsors par exemple ?

R.I. Avant la crise, les entreprises achetaient beaucoup de sièges à l’année, quitte à les laisser inoccupés lors de certains matchs. Aujourd’hui, elles réduisent ce nombre. Elles préfèrent venir moins souvent mais y greffent de l’hospitality afin d’offrir des soirées plus qualitatives à leurs clients. Nous avons donc adapté nos produits à cette tendance en créé des formules y répondant comme la « table champagne » par exemple. Une formule « all in » repas-champagne-siège VIP très appréciée. L’autre grande tendance, c’est que les entreprises souhaitent désormais plus de retour sur investissement. Nous jouons donc désormais le rôle d’intermédiaire afin de générer du business entre les partenaires du basket. Dans cette optique, nous avons récemment organisé un « Speed Business Dating » qui a très bien marché. Nous envisageons donc de multiplier ces rencontres entre sponsors, y compris en dehors des soirs de matchs.

Belfius 2Belfius 1

 

 

 

 

 

B2H. Avec le cyclisme ou le foot en salle par exemple, le basket possède la particularité de pouvoir accorder le nom de l’équipe et celui du sponsor principal, c’est un atout ? 

R.I. L’avantage principal, c’est qu’on peut vendre le nom du club plus cher que si on propose de la pub classique sur le maillot ou sur le parquet. Le sponsor a la certitude d’associer le nom de sa société à celui du club, ce qui est une fameuse plus-value pour lui.

B2H. La région montoise ne regorge pas de clubs sportifs de haut niveau, surtout depuis les problèmes rencontrés par le RAEC Mons, en football. Constatez-vous par la même occasion un regain d’intérêt pour votre club ?

R.I. Du côté du sponsoring, nous avons indéniablement pu accueillir des sociétés qui étaient au foot à Mons et qui devaient continuer à inviter leurs clients dans un environnement professionnel avec des infrastructures de qualité. Elles se sont donc naturellement tournées vers nous même si la culture basket est un peu différente de celle du foot. Du côté du grand public, nous n’avons pas vraiment bénéficié d’un effet RAEC Mons.

B2H. En termes de communications, notamment vers les entreprises, les choses sont-elles facilitées par la réussite sportive de l’équipe première ? Autrement dit, le sportif a-t-il lui aussi un impact sur le business ?

R.I. Les entreprises sont conscientes (au même titre que dans leur propre business) que l’on n’est pas à l’abri d’une moins bonne année, surtout dans le domaine sportif. C’est d’ailleurs ce qu’on vient de vivre cette année mais on sent une grande tolérance de la part des partenaires. Il n’y a donc pas d’impact immédiat car leur vision se fait sur le long terme. Maintenant, si nous finissons encore un ou deux ans au-delà du Top 5, il est probable que cela commencera à avoir des répercutions mais pas sur une seule saison. Nous avons d’ailleurs été clairs dans notre communication : nous nous sommes plantés cette année…mais on fera mieux l’année prochaine. Promis !

                                                                                       Michel BELLEFONTAINE

Ces interviews  ont été publiées dans le magazine économique de la Province, le « B2Hainaut », de juin 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s