Le Pôle de la Pierre

Publié: 12 janvier 2017 dans Portraits
Tags:, , , ,

La rentrée académique 2016 est à marquer d’une pierre bleue à Soignies ! Les acteurs des formations liées aux métiers de la pierre sont désormais concentrés en seul lieu. Un endroit emblématique et restauré; le site classé de l’ancienne grande carrière Wincqz.

dsc_0149dsc_0012

Les premiers cours de ce Centre de référence ont débuté en octobre 2016. Ils s’adressent à un large public, comme nous l’explique Sébastien MAINIL, responsable du Pôle de la Pierre pour l’Institut du Patrimoine Wallon. « Que ce soient des jeunes en apprentissage, des demandeurs d’emplois, des personnes qui veulent se perfectionner dans les métiers du patrimoine, celles qui souhaitent des formations continues, … les formations proposées ciblent différents publics dont les âges, les situations professionnelles et les objectifs varient. Toutes les formations au sein du Pôle durent de 6 mois à 3 ans.»

dsc_0147Patrimoine et emploi

Le Pôle de la Pierre est géré par l’Institut du Patrimoine Wallon qui a supervisé les travaux de la première phase du projet ayant porté sur la restauration et la réaffectation d’une partie des bâtiments. La grande scierie est désormais un atelier équipé pour la taille de pierre et les anciens bureaux accueillent une classe, une cafétéria, un espace de documentation, un bureau administratif et une conciergerie. Une seconde phase, qui débutera à l’automne 2017, concernera la restauration des autres bâtiments du site et la construction d’un nouveau. L’équipement du Pôle en matériel de pointe pour les formations est prévu, avec un cofinancement européen. Pour l’ensemble du projet, la Région wallonne et l’Europe auront injecté, à la fin de la phase 2, près de 6 millions d’euros. Ce Pôle de la pierre, important en termes de transmission d’un savoir-faire reconnu à travers le monde, s’inscrit parfaitement dans le cadre de l’Alliance patrimoine-emploi du gouvernement wallon. De l’extraction à la commercialisation en passant par la transformation des pierres d’ornement, non moins de 40 métiers sont concernés !

dsc_0144

Quatre partenaires

Quatre partenaires sont directement impliqués dans le Pôle. Outre l’IPW déjà cité, il y a également le FOREM, l’IFAPME (Institut de Formation en Alternance) et le CEFOMEPI (Centre de Formation au Métiers de la Pierre, initié par le secteur).

L’IPW gère toute une série de formations de perfectionnement aux métiers de la pierre (taille, finitions, pavage, …). Ses formations annuelles rassemblent un minimum de 5 stagiaires et un maximum de 12.  Christophe MAHY, l’un des formateurs nous précise leurs profils. « On peut avoir des architectes, des archéologues du bâtiment, des conducteurs de chantiers qui s’occupent de restauration et, bien sûr, des tailleurs de pierre mais pas forcément des praticiens purs.»

Tant au FOREM qu’à l’IPW, à l’IFAPME ou au CEFOMEPI, les stagiaires ne sont jamais très nombreux mais il y en a toujours assez pour assurer les sessions. Didier GUIOT, formateur au FOREM, met en avant les débouchés intéressants. « On a toujours eu le nombre de stagiaires requis mais c’est vrai que ce n’est pas la section où les gens se bousculent. Elle a une connotation artistique mais ce sont aussi des métiers exigeants. Le fait qu’il y ait peu de candidats signifient que le stagiaire volontaire et courageux peut trouver de l’emploi au terme de sa formation. C’est motivant.»

dsc_0145dsc_0015

 

 

 

 

 

« A l’IFAPME, nous dit le formateur principal Fabien DEGHORAIN, nous mettons sur pied des formations d’apprentissage que des jeunes de 15-16 ans peuvent intégrer. Nous avons aussi des formations destinées à des personnes de plus de 18 ans désireuses de se lancer dans le métier. Elles suivent alors une formation de chef d’entreprise.»

Le CEFOMEPI, quant à lui, destine ses formations aux entreprises du secteur, avec possibilité d’embauche, pour les jeunes de 18 à 25 ans. Béatrix LIENARD, coordinatrice du CEFOMEPI. « On fait à peu près une session par an de formation d’une durée de 6 mois. A la fin de celle-ci, nos stagiaires obtiennent un contrat à durée déterminée qui peut être renouvelé. Le but principal, c’est bien entendu l’engagement à long terme auprès d’une carrière ou d’une entreprise de notre secteur. Le CEFOMEPI propose aussi une formation continue aux employés et ouvriers des carrières wallonnes.»

                                                                                     Michel BELLEFONTAINE

Cet article a été publié dans la revue économique de la Province de Hainaut, le « B 2 Hainaut », de janvier 2017.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s