Archives de la catégorie ‘News’

Ça bouge beaucoup dans le domaine de nos brasseries régionales. Début novembre 2012, la brasserie d’Ecaussinnes, que le couple Van Poucke a relancé il y a 13 ans, a été rachetée par un investisseur chinois, associé minoritairement à un français. Il n’est pas question de délocalisation de la production mais plutôt d’une modification de la gamme de bières et d’un accroissement conséquent des volumes. Le marché chinois est hors norme !

 

Photo: brasserie d'Ecaussinnes

Photo: brasserie d’Ecaussinnes

Hugues et Isabel Van Poucke (et même leurs deux charmantes filles de 3 et 11 ans !), ont énormément travaillé pour brasser à nouveau l’Ultra, à Ecaussinnes, et faire de leur ancienne ferme-château ce qu’elle est aujourd’hui ; une entreprise florissante et un lieu d’accueil pour touristes ou groupe d’amis. « Outre les parties d’habitation, le site comprend tout d’abord la brasserie que l’on peut visiter sur rendez-vous. Nous avons aussi non moins de 5 salles ; l’une de 420 personnes assises à tables, une autre de 120 places et 3 salles pouvant accueillir 50 personnes. Il y a également le restaurant « Le Caquelon » d’une capacité de 120 couverts. Il dispose d’une agréable terrasse et, depuis quelques mois, le concept proposé est celui de la fondue à volonté. C’est un endroit très convivial pour un moment en famille ou entre amis ».

La brasserie d’Ecaussinnes produit une vingtaine de bières, dont la gamme Ultra. L’arrivée de l’investisseur chinois, le plus gros importateur de produits alimentaires belges, va quelque peu changer la donne. Hugues Van Poucke.  » Pour nous, ça ne représente pas un bouleversement complet. Nous continuons à produire de la bière ici puisque c’est le Made in Belgium qui intéresse les chinois. Mais la gamme va être un peu réduite. Nous allons arrêter certains de nos produits qui se vendent moins et, par contre, nous fabriquons maintenant une très bonne bière blanche que les chinois adorent ».

Des investissements pour la production et pour l’accueil sur le site

Si la gamme évolue, il en va de même pour les volumes. Il faut brasser plus pour exporter plus, c’est logique ! Le propriétaire asiatique, qui passe en Belgique et donc à la brasserie une fois par mois, ne manque pas d’ambition, ni de moyens.  » Une grande partie de la vente est prise en charge par eux », nous confie encore Hugues Van Poucke. « Nous, on se concentre presqu’exclusivement sur la production. Et comme on doit fabriquer plus, des investissements ont été effectués. De nouvelles machines sont déjà là, dont une qui nous permet de mettre automatiquement la marchandise dans des cartons, prête à l’expédition ».

Photo: brasserie d'Ecaussinnes

Photo: brasserie d’Ecaussinnes

Les chinois modernisent l’outil mais ils ont aussi des projets pour l’ensemble du site. Il est ainsi question de baliser et de sécuriser la brasserie, en vue de l’organisation des visites, de réaménager le parking et de créer une salle d’accueil et de dégustation, notamment. L’objectif avoué de ce lifting en profondeur est d’amener à Ecaussinnes des cars de touristes venus d’Asie. Le nombre actuel de 2.000 à 3.000 visites annuelles devrait être vite dépassé.

Partenariat avec « La Binchoise »

La brasserie d’Ecaussinnes et la brasserie La Binchoise ont noué récemment un partenariat. Celui-ci, devrait (ou pourrait) déboucher, dans un avenir proche sur un changement de gestionnaire. Hugues Van Poucke. « A la binchoise, ils ne veulent plus investir dans du matériel et ils n’ont plus de place pour s’étendre. Par conséquent, nous avons commencé à produire pour eux car ils enregistrent aussi une belle augmentation des volumes. D’un autre côté, nous avons de l’aide au niveau de la technique de fabrication de la bière par Bruno Deghorain, qui est un expert dans ce domaine. Normalement, il devrait prendre ma succession dans 2 ou 3 ans ».

Hugues Van Poucke ne va pas quitter le monde brassicole mais s’investir, via une nouvelle société déjà créée, dans la vente de matériel neuf et d’occasion pour les brasseries. Très dynamique et bien introduit dans ce milieu de passionnés où tout le monde se connaît, il ne devrait pas rencontrer trop de problèmes dans sa reconversion. D’autant plus qu’il n’hésite pas à prédire un avenir positif pour le secteur. « Il y a un bel avenir pour la brasserie d’Ecaussinnes et, je crois, pour quasiment toutes les brasseries en Belgique. Il y a énormément de demande de l’étranger. La bière belge est un produit qui plaît, comme le chocolat. Toutes les brasseries belges sont en progression à l’export. Pour notre part, en plus de la Chine, nous prospectons aussi au Japon. Et dans quelques semaines, un belge qui travaille pour nous va s’installer en Californie où les perspectives sont bonnes également. Nous sommes plein de projets ».                                                    

                                                                                                              Michel BELLEFONTAINE

Publicités

Un nouveau projet spatial pour Sonaca

Publié: 13 mars 2013 dans News
Tags:,

La société suisse S3 vient de dévoiler son projet « l’Espace pour tous » qui vise à permettre un accès aux orbites basses (600 à 800 km d’altitude) à de petits satellites (moins de 250 kg) pour un coût moindre que celui du marché actuel. Pour arriver à ce coût moindre, S3 envisage d’utiliser deux plateformes réutilisables : un Airbus A300 et une navette baptisée SOAR (sub-orbital airplane). La navette SOAR contiendra un troisième étage non réutilisable qui amènera le(s) satellite(s) en orbite.

Document Sonaca

Document Sonaca

Une autre idée maîtresse de S3 est de réutiliser des éléments existants (tels que l’Airbus A300) et de bâtir son système en y incorporant des éléments déjà développés et qualifiés (moteurs, train d’atterrissage, cabine de pilotage) pour le SOAR et le 3ème étage. A l’issue des premiers essais du système, S3 projette de remplacer le 3ème étage par une cabine pressurisée dans laquelle des passagers pourront prendre place pour un voyage sub-orbital à 80 km d’altitude durant lequel ils feront l’expérience de l’apesanteur pendant 5 à 7 minutes.

Sonaca, ayant travaillé sur la structure de la navette Hermès à la fin des années ’80, ensuite sur divers véhicules de rentrée dans l’atmosphère, dispose du savoir-faire nécessaire à la conception d’éléments significatifs des structures SOAR et du 3ème étage que le SOAR emporte. Il va de soi que d’autres partenaires de S3 s’occuperont des moteurs, trains d’atterrissage, équipements et logiciels nécessaires.

Paul Adam, Directeur Stratégie et Finances de Sonaca déclare : « Ce projet, très ambitieux, comporte bien sûr de nombreux défis technologiques. De part ses compétences en structures spatiales et aéronautiques, Sonaca est idéalement placée pour aider le projet à relever ces défis. Le projet permettra également à Sonaca de réactiver des connaissances acquises précédemment et de continuer à en développer d’autres dans le domaine spatial, qui est un axe stratégique majeur de développement pour la société.»

Sonaca s’associera aux autres entreprises et organisations parties prenantes du projet pour sécuriser un financement pérenne des activités liées à ce projet d’envergure.

                                                                                           Communiqué de presse de Sonaca

                                                                                           Gosselies, le 13 mars 2013

I-care remporte le prix Trends-Tendance Gazelles 2013 du Hainaut dans la catégorie «Petites entreprises», après Fishing Cactus, sa voisine, en 2012. Sur base des données du Trends Top Database, I-care a été sélectionnée, pour la période 2007-2011, comme présentant la croissance la plus rapide en termes de marge brute, d’emploi et de cash-flow.

Symboles de l’entrepreneuriat compétitif, les «Trends Gazelles» incarnent l’image d’entreprises solides et compétitives à croissance rapide qui stimulent la compétitivité d’une région et en influencent favorablement le climat économique. I-care a l’honneur de recevoir pour la Province du Hainaut la plus haute évaluation de croissance 2007-2011 toutes catégories confondues, et ce sans tenir compte des résultats de ses 6 filiales étrangères.

Fondée en 2004, I-care ne cesse d’évoluer et s’est glissée en moins de 10 ans dans le top 3 européen de l’optimisation de l’outil de production industriel. Répartis sur 7 pays (Belgique, France, Suisse, Allemagne, Pologne, Italie, Corée du sud), plus de 60 ingénieurs certifiés dans les technologies, et près de 70 partenaires locaux permettent à I-care d’être à ce jour le premier réseau européen de maintenance prédictive et de fiabilité.

Sous ces concepts de maintenance se cachent tout un savoir-faire et une expertise technique de pointe. A l’instar du Dr House qui décortique les électrocardiogrammes, radiographies et prises de sang de ses patients, I-care analyse les vibrations, ultrasons, dégagements de chaleur et lubrifiants des machines industrielles et propose des améliorations si nécessaires.

D’un CA d’un million d’euros en 2007, et grâce à une croissance annuelle systématique à 2 chiffres, I-care atteint aujourd’hui un CA de cinq millions d’euros et affiche pour ambition de le tripler à l’horizon 2015. Un objectif qui semble réaliste puisque le carnet de commandes pour l’année en cours s’élève déjà à 7,5 millions d’euros.

Cette croissance exceptionnelle aura une conséquence locale et internationale, puisqu’I-care compte élargir son champ d’action dans les années à venir en s’implantant dans des pays comme l’Australie, le Canada, le Brésil, le Moyen-Orient et la Russie. Et ce, en privilégiant trois axes : la prospection de nouveaux clients, la pérennisation des clients existants et l’internationalisation.

Le suspense demeure toujours puisqu’I-care va maintenant concourir pour le prix de Trends-Gazelle Wallonie-Bruxelles.

Communiqué de presse de I-Care.

Voir aussi article-portait publié sur ce blog le 15 septembre 2012.

Ce mardi 5 février 2013, les Députés fédéraux, Olivier Destrebecq (MR) et Laurent Devin (PS) ont interpellé, le Secrétaire d’Etat en charge de la Régie des Bâtiments à propos des travaux du lavoir de Péronnes-lez-Binche, arrêtés depuis deux ans, en raison d’impératifs budgétaires.

En Commission des Finances, Servais Verherstraeten (CD&V) a affirmé que le chantier reprendrait dans le courant du mois de mai 2013. Les travaux consisteront à aménager l’intérieur du bâtiment dont la toiture, les bétons extérieurs et les châssis ont été rénovés lors de phases précédentes. Ils devraient durer environ 400 jours ouvrables, ce qui mène à une possible inauguration en mai ou juin 2014 (période pré-électorale !).

Le Secrétaire d’Etat a également réaffirmé la volonté de 4 institutions scientifiques fédérales de s’installer dans le bâtiment réhabilité ; l’Institut des Sciences naturelles-services géologique et paléontologique, les Musées Royaux d’Art et d’histoire, les Musées Royaux des Beaux-Arts et la Bibliothèque Nationale.

lavoir 2

En outre, le Secrétaire d’Etat a mentionné la possibilité d’une acquisition du lavoir par la Régie des Bâtiments, à la fin des travaux (financement sur 10 ans). Une réflexion poussée, avec une vision à long terme, est en tous cas menée sur la question du coût budgétaire.

Le patrimoine architectural, industriel et emblématique, aux portes de Binche,  est donc bel et bien voué à une seconde vie. 

                                                                                               Michel Bellefontaine

Un nouveau prototype de lunettes auto-ajustables permettra de corriger la vue des enfants dans les pays en voie de développement.

Photo : Dow Corning

 

 Dow Corning et l’organisme  « Center for Vision in the Developing World  (CVDW) » ont franchi une étape de plus vers la réalisation de leur objectif commun visant à corriger la vue et améliorer ainsi l’éducation et la qualité de vie des enfants vivant dans les pays en voie de développement. Suite à l’initiative Child ViSion™, le CVDW a mis au point un nouveau prototype de lunettes auto-ajustables.

L’initiative Child ViSion™, fruit d’une collaboration de longue date entre Dow Corning et le CVDW, a été officiellement lancée en mars 2011 pour trouver un moyen innovant d’aider les enfants des pays en voie de développement qui souffrent de problèmes de vue.

« Avec nos lunettes auto-ajustables, nous souhaitons apporter notre aide aux plus de 100 millions d’enfants des pays en développement qui ont besoin de lunettes » a déclaré le professeur Josh Silver, fondateur et directeur du CVDW, et premier inventeur au monde de lunettes universelles ajustables et remplies de fluide. « En combinant l’expertise du CVDW et de Dow Corning, nous avons pu créer un nouveau concept de lunettes auto-ajustables qui sont mieux adaptées aux enfants âgés de 12 à 18 ans. »   

Photo : Dow Corning

Développement du prototype … en vue

Remplies d’un fluide optique à base de silicone conçu par Dow Corning, les nouvelles lunettes sont spécialement adaptées aux besoins des adolescents myopes. Les porteurs de lunettes peuvent régler la puissance des lentilles de 0 à -5 dioptries en tournant un cadran situé sur chaque branche de la paire de lunettes. Du fluide est ainsi ajouté ou retiré jusqu’à ce que le porteur puisse voir clairement. Les dispositifs de réglage sont ensuite retirés pour obtenir une paire de lunettes semblable à une paire traditionnelle.

Lors de la prochaine étape de l’initiative Child ViSion™, des essais seront menés auprès des utilisateurs et le prototype sera validé. Les 50 000 premières paires de lunettes devraient être fabriquées et distribuées à la fin de l’année 2012. Le CVDW poursuit actuellement des discussions avec d’autres partenaires potentiels de financement et de distribution. L’objectif est de distribuer les lunettes dans le cadre de programmes scolaires ; les enfants seraient alors placés sous la surveillance de leur professeur. Il est prévu que les nouvelles lunettes soient initialement lancées en Chine, en Inde et en Indonésie où la prévalence de l’erreur de réfraction est la plus élevée.

Pour de plus amples informations sur Child ViSion™, rendez-vous sur : www.child-vision.org

                                                                                                                Source : Dow Corning