Articles Tagués ‘CHU Tivoli’

Le Centre Hospitalier Universitaire du Tivoli, à La Louvière, concrétisera dans les prochaines semaines son rapprochement avec les institutions montoises ; CHU Ambroise Paré et Centre Hospitalier Psychiatrique Le Chêne aux Haies. Ces organismes créeront ainsi le Pôle Hospitalier Universitaire Cœur du Hainaut qui renforcera l’offre de soins pour l’ensemble des habitants des communes du Centre, du grand Mons et du Borinage. Au-delà de ce projet médical fort, s’inscrivant aussi dans un contexte économique contraignant, le CHU Tivoli connaîtra, dans les prochains mois et années, un développement considérable. Les futurs investissements ont été présentés à l’occasion du colloque « co-construisons un Cœur du Hainaut éthique et durable », mis sur pied et coordonné par l’intercommunale IDEA.

Le CHU Tivoli a été construit en 1976 et vient donc de célébrer ses 40 ans. Au cours de son existence, il a fait l’objet bien sûr de quelques liftings ou rénovations mais rien de comparable à ce qui se prépare à l’horizon 2020. Le Master Plan pour le redéploiement de l’hôpital prévoit le développement d’un véritable Campus Santé qui redessinera une bonne partie du quartier situé à proximité du stade de football. Le CHU est conscient du rôle économique moteur qui est le sien dans une cité des loups en mutation depuis quelques années. « Nous nous inscrivons pleinement dans la politique générale de la ville de La Louvière », nous dit Xavier BEGUIN, directeur des services généraux du CHU. « En 10 ans, le centre-ville a profité d’une profonde rénovation et elle n’est pas encore achevée. Notre Campus Tivoli s’intègre dans cette dynamique urbaine de revitalisation destinée à améliorer l’attractivité de la région et à soutenir son développement socio-économique. »

Le directeur général, Jean-Claude DORMONT, confirme par quelques chiffres l’importance de l’outil de santé publique que constitue l’hôpital du Tivoli et son poids économique indéniable. « Le Tivoli est le plus gros employeur de la région. 1.500 personnes poussent les portes, chaque jour, dont 280 médecins indépendants. Nous disposons de 518 lits agréés et le dernier exercice social fait état, sur une année, de 17.834 admissions, de 48.874 passages aux urgences et de 144.343 journées d’hospitalisation. On peut citer encore 293.065 consultations, 9.800 interventions dans nos 10 salles opérations et 1.246 accouchements. »

Marchés publics de travaux

Soucieux de s’inscrire dans une démarche de développement durable, les investissements du CHU Tivoli visent à améliorer l’efficacité économique de sa gestion, dans un cadre d’équité sociale, et en préservant l’environnement et les ressources naturelles. Plusieurs chantiers vont animer le site dans les prochains mois. Outre la rénovation légère du quartier d’accouchement et le remplacement de châssis, le premier sera la construction d’un parking pour lequel le marché est attribué. La mobilité douce et collective pour l’accès au site sera également privilégiée, en étroite collaboration avec les autorités locales et régionales. Dans le cadre d’un marché conjoint avec la SRWT, une station de bus sera ainsi aménagée, en 2017. En 2018, des projets plus conséquents seront entamés.

Plateforme neuropsychologique de l’enfant et bâtiment K

« La première pierre de notre Campus Santé sera posée, nous confirme Jean-Claude DORMONT, dans le cadre de la construction d’un pôle neuropsychologique de l’enfant. Il sera érigé sur l’un de nos terrains grâce à un don de la fondation SPOELBERCH. Dans une volonté affichée de sortir ces enfants du complexe hospitalier classique, il regroupera les consultations de pédiatrie, de neuro développement et de pédopsychiatrie. Il abritera aussi le Centre de rééducation ambulatoire de logopédie. L’estimation budgétaire de ces travaux s’élève à 5,6 millions d’€ »  

La rénovation complète de la maternité et l’extension de la radiothérapie seront d’autres opportunités à saisir pour les entreprises régionales du secteur de la construction. Il en sera de même pour le tout gros chantier dont le démarrage est espéré en 2018, celui de l’extension de l’édifice principal actuel par l’ajout du bâtiment K. Au terme de 40 ans d’activités l’hôpital a besoin, lui aussi, de quelques soins. Non seulement parce que les infrastructures vieillissent et que les équipements évoluent mais également en raison de l’accueil des patients qui doit s’inscrire dans un 21ème siècle plus technologique.

« Il est vrai, nous précise Xavier BEGUIN, que les infrastructures de certaines activités sont techniquement et fonctionnellement obsolètes tandis que d’autres sont étouffées par l’exiguïté des locaux actuels. Nous avons donc décidé de construire un nouvel édifice qui sera le bâtiment K. Il comportera 25.000 m² qui viendront s’ajouter au 54.000 existants. Ce bâtiment, dont le budget est estimé à quelque 85 millions d’€, accueillera 6 nouvelles unités d’hospitalisation basées sur un concept hôtelier novateur  (180 lits), un nouveau quartier opératoire, un nouveau service d’urgence et une plateforme logistique. »

Entreprises régionales ?

La mise en œuvre des travaux du CHU Tivoli s’effectuera bien sûr en conformité avec la législation sur les marchés publics. Des entreprises régionales sont susceptibles de remettre des offres et celles-ci seront considérées avec le sérieux requis. Le directeur général, Jean-Claude DORMONT, est sensible à cet aspect des choses. « Etre attentif à l’économie régionale ou locale a toujours été dans nos préoccupations premières. Cela étant dit, la loi sur les marchés publics ne nous facilite pas la tâche. Pour être sûr de bien maîtriser tous les aspects de la nouvelle loi, l’hôpital a engagé une spécialiste des marchés publics et une juriste. Nous inscrirons dans nos cahiers des charges des clauses de protection contre le dumping social et mon espoir est que la division des travaux en lots, 10 pour être précis, permettra à des entreprises proches de chez nous de concourir avec des chances de succès. »

                                                                                                  Michel BELLEFONTAINE

P.S. Cet article a été publié dans la revue économique de la Province de Hainaut « Be To Hainaut » de juin 2017.

Publicités

logoCC

Le Centre Hospitalier Universitaire de Tivoli a été construit en 1976. Il va donc fêter ses 40 ans en 2016. Au cours de son existence, il a déjà fait l’objet de quelques liftings ou rénovations mais rien de comparable à ce qui se prépare à l’horizon 2020. A l’occasion d’une rencontre de « Centre Capital ! », les responsables de l’hôpital ont dévoilé récemment les grandes lignes du projet K, un projet d’extension qui va modifier à la fois l’architecture et les modes d’accueil des patients au sein de l’organisme.

chut-15

Bien connu dans le paysage louviérois, le CHU du Tivoli est un précieux outil de santé publique mais également une institution économique de poids. Son volume d’affaires annuel de quelque 170 millions d’€ est composé essentiellement d’une importante masse salariale mais aussi d’une partie non-négligeable d’achats et de fournitures (60 M€). Jean-Claude Dormont, directeur général, nous confirme que le Tivoli est un acteur majeur de l’économie régionale. « Comme vous le savez, Tivoli est le plus gros employeur de la région. 1.500 personnes poussent les portes de l’hôpital, chaque jour, dont 280 médecins indépendants. Cela représente un potentiel humain et économique important. Nous disposons de 518 lits agréés et l’exercice social 2014 fait état de 17.834 admissions, de 48.874 passages aux urgences et de 144.343 journées d’hospitalisation. On peut citer encore 293.065 consultations, 9.800 interventions au quartier opératoire et 1.246 accouchements. »

Jean-Claude Dormont, directeur général CHU Tivoli

Jean-Claude Dormont, directeur général CHU Tivoli

Xavier Beguin, directeur

Xavier Beguin, directeur « techniques et infrastructures » CHU Tivoli

Le projet K, une importante extension

Au terme de 40 ans d’activités, l’hôpital a besoin lui aussi de quelques soins. Non seulement parce que les infrastructures vieillissent et que les équipements évoluent mais également en raison de l’accueil des patients qui doit s’inscrire dans un 21ème siècle plus technologique. Le projet K, présenté comme projet d’extension définitif, est en préparation depuis longtemps. Il est le fruit du travail de diverses équipes, concrétisé sur le papier et en maquette par l’association momentanée d’architectes A2G2.

Xavier Beguin, directeur « techniques et infrastructures » CHU Tivoli. « Nous avons décidé de construire un nouveau bâtiment qui sera le bâtiment K. Un bâtiment de plus de 25.000 m² qui devrait accueillir 6 nouvelles unités d’hospitalisation (180 lits), un nouveau quartier opératoire, un nouveau service d’urgence et une nouvelle plateforme logistique. »

chut-4

Concept hôtelier, le CHU innove

En plus des travaux d’extension qui modifieront l’aspect actuel de l’hôpital, et pour lesquels le permis d’urbanisme est attendu dans les prochaines semaines, le CHU se montre novateur avec son concept hôtelier. Il s’agit ici d’une première qui placera autour du patient une véritable équipe hôtelière chargée de son bien-être. Xavier Beguin. « Le concept hôtelier a pour but de pouvoir rapprocher l’ensemble des métiers dits facilitaires (donc les métiers logistiques) des patients et des unités d’hospitalisation. Nous créerons de la sorte du lien entre nos patients et nos professionnels autres que les professionnels médicaux et infirmiers. »

L’instauration du concept hôtelier poursuit l’ambition d’apporter du service aux patients et de répondre aux besoins des générations futures. Il permet aussi d’anticiper une inévitable évolution, en intégrant l’hôtellerie de demain au sein de l’hôpital (domotique, WIFI, biométrie, …). Il induira aussi d’autres méthodes d’organisation du travail. « Il y aura une évolution du travail, nous dit encore Xavier Beguin, par une plus grande polyvalence des travailleurs. Nous allons décloisonner le travail pour permettre au personnel d’être actif en plus grande symbiose et au service des unités d’hospitalisation et, bien sûr, des patients. »

chut-9Des opportunités pour les entreprises locales

La mise en œuvre des travaux s’effectuera bien sûr en conformité avec la législation sur les marchés publics. Des entreprises régionales sont susceptibles de remettre des offres lorsque les divers marchés seront lancés. Aucune date de début des travaux n’est avancée jusqu’ici mais l’espoir raisonnable est d’aboutir pour 2020. Le projet global est estimé à environ 85 millions d’€ et les pouvoirs subsidiants sont évidemment à la manœuvre pour dicter le timing.

Xavier Beguin. « Je confirme, un budget de 85 M€ pour l’ensemble de l’opération, en ce compris une partie de réforme de l’enveloppe historique. La construction du bâtiment K coûtera 48 M€ HTVA. Nous espérons bien évidemment tenir ce budget qui est aussi un impératif pour nous. »
Le directeur général, Jean-Claude Dormont, précise, pour conclure, que les travaux seront subsidiés. « Les nouvelles règles en matière d’aides publiques sont de 10 % pris en charge par la Région wallonne, et cela s’inscrit dans le calendrier de constructions, et de 90 % supportés par le Fédéral, puisque les extensions projetées sont essentiellement hospitalières. »

                                                                                         Michel Bellefontaine (photos : Michel Avaert)