Articles Tagués ‘Damien de Dorlodot’

logoCC

Au sein de l’entreprise Lazzerini, intégrée au groupe Décube, trois orateurs se succèdent – à l’invitation de Damien de Dorlodot – afin d’aborder la thématique de l’accompagnement à la création et au développement d’entreprises. Ils sont impliqués tous les trois dans le Réseau Entreprendre Wallonie, qui fait partie d’un ensemble international, actif depuis bientôt trente ans.

Barbara MEDINA et Damien de DORLODOT

Bien reçus au sein du groupe Décube

 

 

 

 

 

 

 

1.Barbara MEDINA (REW)

Barbara MEDINA est la coordinatrice REW pour la région Cœur du Hainaut – Charleroi Sud Hainaut. Elle trace les grandes lignes de l’accompagnement gratuit proposé par le réseau à de nouveaux entrepreneurs qui créent une activité ou qui sont repreneurs d’une activité existante. L’objectif de l’accompagnement par des chefs d’entreprise expérimentés est de contribuer à la réussite de projets significativement créateurs d’emplois et de richesse.

Un peu d’histoire

L’association Réseau Entreprendre est née en France de la conscience d’un homme : André Mulliez, alors PDG du Groupe Phildar. Son idée se traduit dans le principe suivant : « Pour créer des emplois, créons des employeurs. » C’est dans cet esprit que le mouvement voit le jour à Roubaix en 1986.

En 2009, le Réseau Entreprendre International est créé pour répondre à la demande de chefs d’entreprises voulant développer le projet dans leur pays.

Les chiffres clés

  • 9 pays d’implantation après la France  (Belgique, Espagne, Italie, Maroc, Suisse, Tunisie, Chili, Portugal et Sénégal)
  • 114 implantations à travers le monde
  • plus de 6400 chefs d’entreprises, accompagnateurs bénévoles et membres d’associations Réseau Entreprendre.
  • 10 100 lauréats, tous créateurs et repreneurs de PME.
  • 86% des entreprises accompagnées sont toujours en activité après 5 ans

Depuis 1986, 65.000 emplois ont été créés ou sauvegardés par le Réseau.

ms-29

Des accompagnants expérimentés 

L’engagement des chefs d’entreprise au sein de Réseau Entreprendre est alimenté par leur passion de l’entrepreneuriat et leur envie de la transmettre à de nouveaux entrepreneurs dans un esprit de citoyenneté économique. Ainsi, les membres donnent bénévolement de leur temps pour étudier les projets, participer aux comités d’engagement, accompagner des lauréats et animer leur association … Les chefs d’entreprise de Réseau Entreprendre accompagnent les créateurs et repreneurs qui, par l’ambition qu’ils portent, leur potentiel entrepreneurial, leur métier et le marché auquel ils s’adressent, sont susceptibles de faire de leur entreprise, une PME apte à se développer.

2. Human Waves

Anne-Marie CLARINVAL est CEO de Human Waves. Elle bénéficie d’un accompagnement par le REW, en qualité de lauréate 2015. Avec sa société, nous sommes dans le très haut vol scientifique ! Human Waves est une spin-off du Laboratoire de neurophysiologie et de biomécanique du mouvement de la Faculté des Sciences de l’Université Libre de Bruxelles.L’entreprise développe des produits et propose des services issus des neurosciences et présentant des applications très diverses. Ses activités se divisent en trois grandes catégories.

ms-33Human Performance

Human Performance est une division spécialisée dans l’aide aux sportifs de haut niveau, aux entraîneurs, sélectionneurs, gestionnaires de clubs, découvreurs de talents, mais aussi aux militaires et agents de sécurité.

Son expertise vient notamment de collaborations avec les cosmonautes de l’Agence Spatiale Européenne (ESA), du Gagarin Cosmonaut Training Center (Moscou) et de la National Aeronautics Space Administration (NASA), lors de missions spatiales réalisées dans la Station Spatiale Internationale (ISS).

Human Performance a développé une expertise dans l’entraînement des neurones miroirs par la réalité virtuelle, c’est-à-dire, une forme d’entraînement du cerveau par la perception visuelle.

L’entreprise peut également fournir une aide au diagnostic pour le traitement adapté à des situations concrètes rencontrées sur le terrain.

Human Health

Human Health est une division qui développe des applications dans le domaine médical. Outre le développement d’un outil de diagnostic du trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité, elle travaille également sur des méthodes de traitement de cette maladie.

Human Waves a également développé des applications dans le domaine de l’infirmité motrice cérébrale. A travers l’analyse tridimensionnelle du mouvement, la société optimise la précision du diagnostic et la prise en charge globale du patient.

Human Engineering

Human Waves développe des services et des produits basés sur l’utilisation des ondes cérébrales et musculaires dont l’électroencéphalographie multi-canaux, dynamique associée à la mesure des mouvements des yeux (saccades et micro-saccades) et l’analyse des signaux électromyographiques.

http://humanwaves.be

ms-36

3. Michel MILECAN, un accompagnateur d’expérience

Michel MILECAN est un membre du Réseau Entreprendre Wallonie qui accompagne depuis quelques mois l’entreprise Human Waves. Il est gérant de la SPRL 2 Mi Plus, une société de conseils et de services aux entreprises, et préside aussi CENAERO, le Centre de Recherche en Aéronautique, basé à l’aéropôle de Gosselies. Il est un ambassadeur motivé par son rôle de coach.

ms-22ms-17

 

 

 

 

 

« Offrir son aide à une personne qui dirige une entreprise en démarrage est intéressant des deux points de vue. Pour l’accompagnateur, l’intérêt est de découvrir des activités nouvelles pour lui tout en mettant à la disposition du lauréat son expérience dans le domaine entrepreneurial requis par le lauréat. Pour le lauréat, l’avantage est de pouvoir discuter ouvertement et sereinement avec son accompagnateur de tous les sujets qui lui posent question dans la direction de son entreprise. Un référant externe expérimenté et désintéressé représente un atout supplémentaire pour l’entrepreneur. »

Pour plus d‘informations et de témoignages relatifs au Réseau Entreprendre Wallonie ; http://www.reseau-entreprendre-wallonie.org/fr

                                           Michel BELLEFONTAINE (Photos: Michel AVAERT)

 

logoCC

Brasserie St-Feuillien

Toujours, on y revient ! 

 Le 17 juin 2016 restera une date marquante dans l’histoire de Centre Capital, avec, entre autres, une passation des pouvoirs présidentiels. L’assemblée générale et la réunion plénière se tiennent à la brasserie St-Feuillien où les membres et invités sont reçus de manière chaleureuse et conviviale par le maître (brasseur !) des lieux, Benoît Friart. Après un plaidoyer sur les atouts de la région du Centre, le patron nous en dit plus sur les installations et sur la production.

bf-17

« La brasserie existe depuis 1873 et elle réalise un chiffre d’affaires d’environ 10 millions d’€ (objectif 2016). Nous employons 30 personnes dont 7 sur le site de production. Les autres collaborateurs gèrent les tâches administratives, commerciales, de logistique et de distribution. Au niveau de la production, nous avons brassé l’an dernier quelque 42.000 hectolitres. Depuis 10 ans, nous avons concrétisé près de 12 millions € d’investissement sur ce site où une nouvelle brasserie a été construite en 2013. Pour cet investissement nous avons fait confiance à un fleuron hennuyer dans le domaine, l’entreprise MEURA. Elle construit des brasseries dans le monde entier et avait déjà conçu nos installations historiques. C’est une fierté pour nous et le témoignage d’une belle fidélité dans la qualité. »

« En ce qui concernent nos produits, c’est la St-Feuillien blonde qui est la plus vendue, puis la Grand cru, puis la Saison, … Depuis quelques mois, nous brassons aussi la IPA qui est une bière à façon américaine, c’est-à-dire trois fois plus houblonnées que les nôtres. Nous vendons 55% de la production en Belgique (secteur HORECA et grande distribution) et 45% à l’export, vers les pays voisins mais aussi aux USA, en Chine et au Japon. Nous exportons vers une trentaine de pays et c’est bien dans ce domaine de l’export que nos marges de progression se situent. »

bf-25bf-20

 

 

 

 

 

Passation des pouvoirs

Damien de Dorlodot succède à Olivier Destrebecq

Après 10 ans de présidence et d’intenses activités au profit du business club, Olivier Destrebecq, Président -fondateur de Centre Capital, cède le témoin à l’entrepreneur Damien de Dorlodot (groupe Décube).

bf-29

A l’image du business club, qui travaille sérieusement sans se prendre au sérieux, les Présidents, sortant et entrant, se sont livrés volontiers à l’exercice de l’interview ping-pong. Une interview légèrement décalée et qu’il n’est pas vraiment possible de retranscrire ici, toutes les nuances étant dans le ton. Et comme chacun sait, le ton, c’est bon ! On peut donc juste dire aux absents (qui ont toujours tort !) que la joute verbale était plaisante et que les jeux de mots avec les noms ou les fonctions de la plupart des administrateurs sont épuisés … jusqu’au siècle prochain. On peut dire aussi que la connivence, entre celui qui s’est accroché pendant 10 ans et le cumulard assoiffé de pouvoirs, était criante de vérité !

Ouverture et discours commun

De manière plus sérieuse, on retiendra les deux orientations que DdD souhaite amplifier durant son mandat. «  Je ne vais pas bouleverser ce qui fonctionne bien, mais je voudrais insister sur deux éléments. Le premier a trait aux profils des membres. J’aimerais élargir ces profils à d’autres comme par exemple aux représentants de grandes entreprises. Je suis ravi que Christophe Wanty, notamment, ait accepté d’intégrer Centre Capital. Je pense aussi à de grandes entités économiques, dites institutionnelles, comme les hôpitaux par exemple. Ce sont des acteurs économiques importants. Une autre ouverture que je voudrais poursuivre, déjà initiée par Olivier, est celle vers les édiles politiques. J’aimerais accueillir régulièrement, comme aujourd’hui avec Benoît Friart et avec Laurent Devin, des Bourgmestres ou membres de Collèges communaux, des Députés ou encore d’autres membres de la Communauté urbaine du Centre. C’est un peu le modèle liégeois où le mélange entre monde économique et politique est fréquent. Cela peut être intéressant. »

bf-10« Le deuxième volet que je souhaite ouvrir est relatif aux autres clubs, fédérations ou associations. J’aimerais qu’au niveau de la représentation patronale, on puisse tenir un discours commun, montrer une image cohérente. Je suis aussi Président de l’UCM Hainaut, Danny Roosens, vice-Président de CC est depuis peu Président de la CCI Hainaut, Philippe Godfroid, Président national de l’UCM est des nôtres, … Bref, on se connaît, on se fréquente et on devrait pouvoir avancer plus ensemble. L’idée générale est de travailler sur nos convergences et d’effacer nos divergences ! »

Changements au Conseil d’Administration

Outre la présidentielle modification, l’AG de Centre Capital a également entériné d’autres décisions. Deux nouveaux vice-présidents succèdent à Philippe Godfroid et à Philippe Delhaye : Danny Roosens et Christophe Preti. Trois nouveaux administrateurs intègrent le CA; Bruno Sita, David Liétar et Olivier Masse. Autre et dernier changement important. La fonction de Secrétaire général sera assumée désormais par Jacques Fontaine qui succède à Philippe Baise. Pour leur part, Christian Baise reste Trésorier et Alexandra Dupont, Secrétaire – coordinatrice.

bf-11bf-9

 

 

 

 

 

 

 Piximate en direct

Laure Uytdenhoef nous présente Piximate, une application mobile de partage et surtout de collecte de photos. Cette application, disponible gratuitement sous Android et IOS, a été conçue par la start-up du même nom, basée à Louvain-la-Neuve. Elle est très simple d’usage. «  Dès que vous avez créé un compte, en quelques clics, vous pouvez vous rendre sur un évènement, nous dit Laure. « Exemple, pour cette réunion de Centre Capital, nous avons créé un code qui vous permet d’accéder à l’album. Si vous y entrez, vous voyez toutes les photos de ceux qui se trouvent ici et qui alimentent l’album, de manière instantanée, privée et sécurisée. Après, l’organisateur de l’évènement peut récupérer toutes les photos et les commentaires et les partager s’il le souhaite. » www.piximate.net

                                                       Michel Bellefontaine (Photos: Michel Avaert)

bf-32

Tout ce que la région du Centre compte comme forces vives économiques s’est donné rendez-vous, en ce début septembre, au sein de l’entreprise Monnaie-Bays dans le zoning de Strépy-Bracquegnies. Damien de Dorlodot, le patron, avait concocté avec le précieux soutien de son épouse, Laurence, et bien sûr de son équipe, une  inoubliable soirée d’inauguration des nouvelles installations. Rehaussée par la présence du ministre régional wallon de l’Economie, des PME, du Commerce extérieur et des Nouvelles Technologies, Jean-Claude Marcourt, l’organisation était véritablement de top niveau. Un réel événement pour la région! 

Damien de Dorlodot accueille le ministre Marcourt sur le site

 

De Saint-Trop à Strépy !

500 invités, des animations originales, une partie protocolaire détendue dans une usine transformée brillamment en salles de réception et de concert, voilà pour quelques-uns des ingrédients de la soirée dinatoire. Un menu inaugural animé pour la partie dansante par Olivier Saxe et ses musiciens connus, entre autres, pour leur participation à la célèbre soirée des Belges, chaque 21 juillet, à Saint-Tropez.  

Des fleurs bien méritées pour Laurence de Dorlodot

Jusqu’en 2009, l’entreprise Monnaie était implantée à Chapelle et la société Bays active à Quaregnon. Les deux entités, intégrées au Holding Decube, sont maintenant regroupées au sein de la nouvelle usine du zoning de Strépy, à proximité du canal du Centre à grand gabarit et de l’ascenseur funiculaire. Un choix de site effectué bien évidemment en fonction de quelques critères appréciables dont l’accessibilité par les autoroutes, la proximité de la voie d’eau pour les transferts éventuels de pièces volumineuses et la présence juste à côté du centre de formation « pigments » du Forem, dédié aux peintres.

L’inaccessible … à votre portée

Monnaie-Bays est une entreprise dont la réputation flatteuse s’étend aussi facilement qu’une bonne peinture. Il faut dire que son press-book contient quelques solides références, dont notamment la rénovation de l’Atomium, bâtiment belge emblématique. Autre spécificité, ses peintres acrobates sont  actifs au quotidien sur nos pylônes à haute tension et autres surfaces difficilement accessibles. Le slogan de la société « Monnaie-Bays, l’inaccessible … à votre portée » est né de cette particularité.

Damien de Dorlodot, Jean-Claude Marcourt et Michel Lecomte lors de la partie protocolaire

L’entreprise emploie quelque 200 personnes dont une bonne partie sur les chantiers extérieurs. Le vaste bâtiment de Strépy héberge les activités de peinture industrielle de la société. L’atelier, ultramoderne et respectueux de strictes normes environnementales, est l’un des plus grands du secteur en Belgique. A l’occasion de la journée « découverte entreprises », en 2009, plus de 700 personnes de tous horizons ont déjà eu l’occasion de visiter et d’apprécier ce fleuron industriel.  Le coût du nouveau site se monte à environ 7 millions d’euros. Monnaie-Bays a été soutenu par environ 18% d’aide wallonne à l’investissement et les partenaires financiers, banques, Invest Mons Borinage Centre et SOWALFIN, ont rempli leur rôle en permettant de concrétiser le dossier. 

 

 

 

 

 

 

 Une idée lumineuse

Decube Consult, le bureau d’ingénierie du holding est à la base d’une autre grande fierté de Monnaie-Bays, son parc photovoltaïque. Opérationnel depuis fin avril 2011, il constitue à ce jour la plus grande installation privée en Wallonie. Les 1011 panneaux placés judicieusement en couverture du parking de l’entreprise totalisent une superficie de 1700 m². Ces ombrières photovoltaïques représentent une puissance totale de 250 KWc et la production, qui correspond à la consommation annuelle moyenne de 80 ménages, devrait couvrir de 40 à 50% des besoins en électricité de l’entreprise. 

(photo : Monnaie-Bays)

L’installation est le fruit d’une collaboration franco-wallonne. Le design des structures est l’œuvre du bureau Open Architectes de Charleroi, l’entreprise Techno Métal Industrie de Andenne a fabriqué ces structures et l’ensemble de  l’équipement photovoltaïque et électrique a été confié à la société Tenesol (Lyon-Toulouse) qui a sous-traité les montages à l’entreprise Technor de Tournai. L’investissement pour ce projet innovant s’élève à 1.300.000 € et il devrait être amorti en 7 ou 8 ans. Convivial, social et innovant  

Damien de Dorlodot, Président du groupe Decube et qui est entre autres sociologue de formation, attache beaucoup d’importance aux relations sociales teintées de respect mutuel au sein de la société. Le personnel n’a d’ailleurs pas été oublié puisqu’une fête lui était consacrée le lendemain de l’inauguration officielle.

Il ne fait aucun doute qu’avec l’état d’esprit et les compétences qui l’habitent, Monnaie-Bays est une société qui fera encore parler d’elle  à l’avenir, notamment dans le domaine du développement durable et responsable auquel l’entreprise est attachée. Monnaie-Bays, par ses innovations, nous surprendra encore. Et placera par la même occasion la région du Centre … bien au centre du Hainaut, de la Wallonie et du Pays.

                                                                                                                        Michel Bellefontaine

Le ministre Marcourt lui aussi innove avec sa tenue de peintre-pyloniste !(photo : MBe)