Articles Tagués ‘Dow Corning’

Leader mondial dans le domaine des silicones et des technologies et innovations à base de silicium, Dow Corning possède désormais l’un des plus grands centres de stockage et de distribution de produits chimiques d’Europe. Implantée à Feluy, en bordure du zoning pétrochimique, l’infrastructure remplace celle qui se trouvait à Garocentre. Elle est ultramoderne et permet d’optimiser les flux.

  DC

Il peut passer inaperçu car l’entrée du personnel et des visiteurs est située dans une rue à faible trafic et parce qu’il est adossé à une butte qui le rend discret. Mais dès qu’on le voit, c’est la surprise ! Le bâtiment est beau, fonctionnel et lumineux. Il a bénéficié pour sa construction des meilleures technologies de Dow Corning dont la plus spectaculaire est celle qui permet de grandes façades vitrées structurelles. Le rendement énergétique de l’infrastructure logistique est bien entendu à la hauteur. Le centre de distribution de Feluy est pleinement opérationnel depuis avril 2012.

Philippe Debauque, chef de projet Dow Corning. « Ce bâtiment est notre centre de distribution européen. Il rassemble toutes les productions faites sur les différents sites européens de Dow Corning et les redistribue vers nos clients situés en Europe, en Asie et au Moyen-Orient. Dow Corning possède trois sites de production en Europe ; un à Seneffe (Belgique), un au Pays de Galle et un à Wiesbaden (Allemagne). Toutes les productions de ces sites arrivent à Feluy, puis sont redistribuées, soit vers des sites de production pour y effectuer une étape finale de production, soit vers les clients. On reçoit aussi, dans ce site, tous les intermédiaires de production faits sur les autres continents, l’Asie et les USA surtout. »

C’est la société UTi, le partenaire logistique de Dow Corning, qui gère le site sur lequel travaillent environ 150 personnes. En 2 ou 3 pauses, selon les périodes, le personnel de manutention, réceptionne les produits entrants et prépare les expéditions, en général du lendemain. Les transports, vers les clients, les ports maritimes ou l’aéroport de Zaventem, s’effectuent exclusivement par la route. Le poste de garde, point d’entrée des véhicules, est très polyglotte. Chaque camion y est dirigé vers l’un des 34 quais de l’immense bâtiment, compartimenté en fonction des produits, comme nous l’explique Philippe Debauque. « Le bâtiment fait plus de 32.000 m², sur un terrain de 171.000 m², donc avec des possibilités d’extension. Pour donner un ordre de grandeur, l’infrastructure est grande comme cinq terrains de football. On y trouve différentes zones. On a une zone de stockage de produits standards, des zones dédicacées aux produits à des fins médicales, une zone de produit à 5°C et enfin une zone de stockage de produits dangereux. » 

DSC_0041 

La sécurité est une préoccupation constante sur le site dont le coût de construction s’élève à plus de 30 millions d’€, financés entièrement sur fonds propres de Dow Corning. Le choix du terrain, en région du Centre, est d’ailleurs dû en partie à des critères sécuritaires. « Le choix du site a été opéré en fonction de plusieurs critères, précise Philippe Debauque. L’un d’eux était bien sûr l’accès aux voies de communication, élément essentiel pour un centre comme celui-ci. La disponibilité d’une main-d’œuvre qualifiée était un autre critère, tout comme le fait de pouvoir stocker ici des produits dangereux. Nous sommes un site catégorisé Seveso grand seuil, tel que mentionné dans la législation, et cela tient compte de la quantité et de la nature des produits stockés. » 

Le bien-être au travail est un aspect qui n’a pas été négligé comme en témoignent les locaux de restauration et de détente. L’espace de bureau, réservé au personnel administratif, est lui aussi vaste, coloré et lumineux. C’est l’univers de travail quotidien de Laurie Dupont. Elle remplit ici un rôle indispensable en matière d’import-export. Elle est agent en douane, pour les expéditions en Turquie et en Suisse. « Déclarant en douane, c’est une fonction qui permet d’établir le suivi des documents administratifs pour l’importation et l’exportation de marchandises pour le compte de différentes entreprises. C’est un métier qui est méconnu mais qui est vraiment intéressant. Il faut faire preuve de rigueur, être très méticuleux parce qu’il y a des responsabilités financières qui sont engagées. Il faut faire attention à ce que l’on fait, être très organisé et c’est ce que j’aime particulièrement. »     

 DSC_0037

Dans les halls, la préparation des commandes est peu, voire pas du tout automatisée, en raison des formats et emballages de produits très variés. La gestion des flux n’en est pas moins optimisée dans ce centre de distribution à la pointe, d’où sortent chaque jour de 500 à 1.000 tonnes de produits. Philippe Debauque. « Oui, en fait ce centre était aussi une opportunité pour nous de remettre à jour nos procédures et d’améliorer notre productivité, notamment par exemple en instaurant une fonctionnalité qui nous permet de suivre les matières qui arrivent sur site, dès leur entrée. On enregistre le camion qui arrive, on sait où il se place, à quel quai il va être installé, où les marchandises vont être stockés temporairement pendant le déchargement et où elles seront mises en place dans l’entrepôt. Tout ça est géré par l’informatique, avec un système sans fil, et les opérateurs ont ainsi des directives claires sur la façon de gérer les produits. »

                                                                                 Michel BELLEFONTAINE

Multinationale d’origine américaine, Dow Corning est l’un des fleurons industriels de la région du Centre. Implantée à Seneffe depuis plus de 43 ans et employant quelque 650 personnes, l’entreprise a concrétisé récemment d’importants investissements. Dans le domaine du développement durable, elle est dotée depuis peu d’un centre de recherche sur l’énergie solaire, à la pointe de la technologie.

Le SEED (photo: MBe)

Le SEED (photo: MBe)

A la droite du bâtiment principal, déjà très élégant, de Dow Corning, et relié à lui par une passerelle de verre, le SEED est la nouvelle fierté du groupe. L’acronyme anglais signifie Centre d’Exploration et de Développement de l’Energie Solaire. L’édifice, qui représente un investissement de 9 millions €, est un condensé des technologies novatrices de Dow Corning, en matière de panneaux d’isolation, par exemple. Il combine également des sources d’énergie propres, comme les modules photovoltaïques montés face aux fenêtres, ou comme la géothermie, grâce à un puits creusé sur le terrain même. Le complexe de recherche est donc particulièrement emblématique du secteur développement durable de l’entreprise. Michel Rens, directeur Dow Corning Seneffe. « On a fait un effort tout particulier dans le domaine de la technologie, que ce soit ans la technologie des équipements qui y sont installés ou celle de la construction du bâtiment. Les bureaux ici sont neutres en matière de consommation d’énergie. Ce bâtiment est une vitrine du savoir-faire de Dow Corning car nos technologies y sont mises en évidence. Nous pouvons ainsi montrer à nos clients les effets positifs des technologies à base de silicone, notre métier, sur l’environnement et e manière générale sur tout ce qui concerne le développement durable.»

DC 2

Michel Rens, directeur Dow Corning Seneffe (photo: MBe)

DC 8

Cinquante personnes travaillent au centre de recherche dont la capacité d’accueil peut monter à septante-cinq. Techniciens spécialisés et chercheurs de haut niveau issus de divers pays européens, se côtoient dans les bureaux et labos. Parmi-eux, Guy Beaucarne. Né à Soignies, il y a 42 ans, cet ingénieur civil formé à l’université de Leuven a effectué un doctorat dans le domaine du photovoltaïque, avant de s’exiler deux ans en Australie. Il a collaboré ensuite à l’IMEC, l’Institut de Micro-électronique, puis a rejoint Dow Corning où il s’épanouit dans des fonctions utiles à la société. « Quand j »étais tout petit, je voulais être inventeur, je voulais trouver une solution aux problèmes de la société, dont le problème énergétique qui est un défi majeur. J’ai construit ma carrière sur cette passion que j’avais dès le plus jeune âge.»

Le SEED est l’un des maillons de Dow Corning qui réparti ses centres de recherches et développement dans le monde, par zone géographique et par domaine spécifique. Chez nous, c’est la conception de la cellule photovoltaïque qui focalise toutes les attentions, dans les deux parties distinctes du site. Michel Rens. «Nous avons ici deux bâtiments. Le premier est principalement dédié au développement de l’industrie du solaire. Nous y disposons d’une salle blanche qui nous permet de faire toute la production d’un panneau solaire. Nous pouvons tester, vérifier et développer les technologies qui y sont associées.»  Guy Beaucarne, chercheur au SEED, nous précise son travail au quotidien. « Nous développons ici de nouveaux matériaux qui vont être utilisés dans la fabrication de cellules et de modules photovoltaïques. Le second bâtiment, poursuit Michel Rens, est plutôt dédié à la synthèse de nouvelles molécules qui peuvent être utilisées dans toutes les applications que nous servons.»

DC 15

Photo: Dow Corning

DC 16

Photo: Dow Corning

Au départ de l’Europe, le marché de l’énergie solaire a connu une forte croissance au cours de la dernière décennie. Il voit désormais émerger de nouveaux pays comme le Japon, le Moyen Orient où les Etats-Unis. Le secteur de l’énergie solaire semble bien loin d’avoir dévoilé tout un potentiel que des chercheurs motivés s’efforcent de développer au quotidien et rarement dans la lumière des médias. Guy Beaucarne. « On n’a jamais connu de diminution des volumes. L’an passé, on était à plus 10%. Bien sûr, c’est moins que les 40 ou 50% enregistrés avant mais cela reste en croissance. Par contre, la grosse différence par rapport aux années précédentes, c’est que maintenant dans certaines régions, notamment d’Europe, l’énergie produite par le photovoltaïque est déjà compétitive au point de vue du coût par rapport à l’énergie achetée du réseau classique.»

Michel Rens, directeur Dow Corning Seneffe. « L’industrie solaire, comme vous le savez, est en pleine remise en question. Il y a énormément de concurrence des produits chinois. Mais, nous pensons que la technologie du silicone a un rôle important à jouer dans cette énergie pour lui permettre d’atteindre des degrés d’efficacité beaucoup plus élevés.»

Photo: MBe

Photo: MBe

Le mot de la fin est pour notre chercheur, Guy Beaucarne, qui a trouvé … son bonheur dans son travail. « Ce qui me motive tous les jours, ce qui me pousse à donner le meilleur de moi-même, c’est la volonté de développer des matériaux qui, finalement, pourront avoir un impact sur la société dans son ensemble. J’ai l’impression très positive de faire avancer les choses.»

Michel BELLEFONTAINE