Articles Tagués ‘Jérôme Urbain’

Il est hors de question de concurrence exacerbée entre le président actuel de Centre Capital, Damien de Dorlodot, et l’ancien, Olivier Destrebecq. Cela étant dit, ils aiment bien quand même se chatouiller les égos, lorsqu’il s’agit – par exemple – d’établir le record d’audience d’une réunion mensuelle. Celle de ce mois de mars 2017, au Musée International du Carnaval et du Masque, à Binche, fixe désormais ce record à quelque 170 participants, juste devant l’accueil du ministre Borsus, chez Lietar, en février 2016. L’effet binchois, sans doute, mais aussi celui d’un projet emblématique porteur de travail pour nos entreprises actives, de près ou de loin, dans le domaine de la construction.

Plusieurs projets ambitieux

En préambule aux explications relatives au dossier des Pastures, le Député-Bourgmestre, Laurent Devin, remercie le Musée pour son accueil et informe de quelques changements au sein de l’équipe ; nouvelle directrice, nouvelle responsable communication et événements et nouvelle secrétaire. Il signale aussi que, dès après Pâques, un Centre d’interprétation historique du Carnaval sera ouvert au sein de l’institution afin d’inciter le public à découvrir ou à redécouvrir le carnaval tout au long de l’année. Laurent Devin égrène ensuite les gros projets de sa majorité PS-MR pour les mois et années qui viennent. «  Nous allons construire une nouvelle maison de repos qui prendra le relais de notre actuelle Home Jeanne Mertens, de 220 lits et de 222 emplois. Notre infrastructure ne correspond plus aux normes modernes et nous devons donc nous adapter. Le coût de la nouvelle construction est estimé à 25 millions d’€ et nous espérons aboutir en 2020. »

« Autre dossier, et non des moindres, le développement d’un centre sportif, en face de la piscine, comportant salle omnisports et terrains synthétiques. »

« Enfin, et c’est le motif de votre présence ce midi ; notre projet de redynamisation du centre-ville, celui qui doit redonner un essor commercial à Binche. Notre dossier du quartier de la Samme n’est pas simple à mettre en œuvre mais il évolue, en collaboration avec l’IDEA, notre partenaire de développement économique. La première phase est en bonne voie et elle consiste à créer un mix de logements et de surfaces commerciales. Je laisse le soin à notre Echevin du Commerce et de Développement économique, Jérôme Urbain, de vous le présenter plus en détail. »

 

 

 

 

 

 

Une longue gestation

Jérôme Urbain confirme que le développement du projet de la Samme est en réflexion depuis les années 2006-2007, soit au début de l’actuelle mandature communale. Contacté à l’époque par divers promoteurs souhaitant investir dans la cité du gille, les autorités ont pris le temps pour structurer les choses, au lieu de répondre dans la précipitation et sans cohésion. Leur idée ; le pouvoir politique est là pour créer le cadre et transmettre ensuite le relais aux investisseurs privés. Jérôme Urbain précise encore qu’un problème d’inondation est également à régler sur les terrains de ce futur nouveau quartier. Un projet de quartier qui a obtenu le label « quartier wallon » par la Région wallonne, ce qui lui octroiera un accompagnement administratif et technique.

« Le développement du quartier de la Samme est prévu en plusieurs phases qui sont graduelles et structurées en pôles. On aura le pôle commercial et logement qui est le plus proche du centre-ville. Ensuite un quartier spécifiquement d’habitat, puis un pôle sportif et tertiaire. On a de la sorte une gradation dans cette partie de Binche que l’on appelle « la dent creuse ». La gradation se traduit notamment par la densité de logements qui ira de 60 à 30 unités par hectare. »

Un projet en fonction des besoins

« Nous avons fait appel, nous dit encore Jérôme Urbain, à un bureau d’étude spécialisé en géomarketing avant de concevoir notre projet de l’Îlot des Pastures dont l’objectif est principalement de redynamiser le commerce dans Binche. De cette étude, nous avons retenu, de manière schématique, que notre problème n°1 est un souci de densité de commerces. Nous avons trop peu de magasins en centre-ville pour être suffisamment attractif pour le chaland. Nous n’avons quasiment que du commerce de proximité, de qualité et de niche. Certes, c’est une richesse mais qui ne suffit pas. Nous avons besoin, en plus, de mass markets qui peuvent plaire à tout un chacun. »

Dans une ville à caractère moyenâgeux, un autre problème de Binche est la taille de ses cellules commerciales. Elles sont souvent trop petites (100 à 150 m² max) et ne correspondent pas aux desiderata des grandes marques et des grandes chaînes. Par conséquent, les autorités communales ont pris la décision de compléter l’offre commerciale du centre-ville et un chancre industriel leur en a donné la possibilité. Jérôme Urbain.

« On disposait effectivement d’une friche industrielle de près de 2 ha, en plein centre et contigüe à l’avenue Vanderpepen. C’étaient les anciens Ets de confection Marvan qui ont employé à l’époque de leur splendeur plusieurs milliers de personnes. Nous sommes allés chercher des subsides auprès de la Région wallonne pour abattre les bâtiments et assainir le site. Cette phase explique la lenteur relative du projet  qui est à ce jour mené à bien. »

Promoteur désigné

Après avoir établi un périmètre de rénovation urbaine, en 2014, puis adopté un schéma de structure conçu par un cabinet d’architectes, en 2016, une autre avancée dans le dossier est survenue au conseil communal de fin février 2017. Jérôme Urbain confirme.

« Le conseil communal a validé notre choix de promoteur pour ce projet. Il s’agit de DCB, Development Coordination Belgium, une société spécialisée en logements et bien connue sur le marché belge. Elle s’adjoindra un spécialiste pour la partie développement commercial. Les premiers travaux concerneront des implantations commerciales (entre 8.000 et 12.000 m² de surface), un parking en sous-sol (300 – 400 places) et environ 150 logements. Le tout sera architecturalement intégré au type de bâti et de ruelles existant à Binche. Aujourd’hui, le travail commence avec DCB et à terme c’est-à-dire lorsque les permis seront octroyés il y aura concrètement des opportunités de travail à saisir pour les nombreuses entreprises de la région qui gravitent autour du secteur de la construction. »

DCB met sur la table de la ville 1,5 million d’€ pour acheter les terrains et développer le projet. Jérôme Urbain confirme le chiffre et précise que le critère du mieux-disant n’a pas été le seul pour effectuer la sélection.

« Nous avons reçu 3 offres valables et qualitatives ; Intermarché, Equilis et DCB. Nous avons procédé par appel d’offres et le cahier des charges prévoyait toute une série de critères et de paramètres. DCB répond le mieux à nos attentes et nous allons donc lui transmettre le témoin. Mais la ville va encore accompagner le promoteur quelques mois puisque celui-ci devra obtenir un permis d’urbanisme et un permis d’exploitation commerciale. Nous espérons aboutir dans ces démarches au cours de second semestre 2018. »

Réponses aux critiques

DCB a annoncé qu’il sous-traitera la partie commerces du projet. D’où l’inévitable question du contrôle que la ville pourrait avoir sur l’entreprise tierce, de manière à éviter tout désagrément incluant les risques de dumping social. L’Echevin se veut confiant à cet égard. «  J’ai peine à croire que l’un des 10 meilleurs groupes belges ne s’entourera pas des meilleurs spécialistes de l’immobilier commercial pour concrétiser le projet. Je n’ai aucune crainte par rapport à cela. La réputation de la société est un gage de sérieux et de qualité du projet final. »

Jérôme Urbain termine en répondant à la critique disant que le nouveau quartier sera un peu excentré et qu’il risque de vivre en autarcie, sans pouvoir drainer les badauds vers les rues commerçantes menant à la Grand Place. « Je réponds à cela que l’avenue Vanderpepen est en centre-ville et que cet axe important fera l’objet de la meilleure attention. Nous voulons en faire une vraie liaison entre le centre historique de Binche et le futur nouveau quartier. Cette avenue sera le point de jonction principal, d’autant plus quelle possède des capacités de parking dont il faut tenir compte. »

Enfin, la ville de Binche profitera du nouveau quartier et de ses nouveaux habitants pour mettre en place un plan de mobilité revu et adapté.

                                                      Michel Bellefontaine (photos : Michel Avaert)

Publicités

Spin-out de la société de géomarketing Geoconsulting, Upcity est active depuis 3 mois sur le terrain du développement commercial de nos villes. La toute jeune SPRL, hébergée dans les locaux montois de La Maison de l’Entreprise, sur le parc Initialis et donc à deux pas des Grands Prés, emploie 6 personnes et ses perspectives de déploiement sont sérieuses. Camille LHOTE, sa directrice, nous explique que la scission avec Geoconsulting est dictée par la règlementation wallonne.

« La nouvelle législation wallonne sur les implantations commerciales impose une stricte indépendance entre les secteurs privé et public. Il n’est désormais plus permis qu’une seule et même société travaille sur les 2 niveaux. Afin de ne pas perdre tout l’acquis, l’expérience, les compétences, la méthodologie et les clients de Geoconsulting, il a été décidé de scinder clairement les 2 domaines. Upcity s’occupe donc exclusivement des clients publics (Villes, Provinces ou Intercommunales, principalement. »

Une partie de l'équipe de Upcity. De gauche à droite : Camille Lhote, Vinciane Blomeling et Jérôme Urbain.

Une partie de l’équipe de Upcity. De gauche à droite : Camille Lhote, Vinciane Blomeling et Jérôme Urbain.

L’équipe est composée de géographes (spécialistes d’aménagement du territoire, d’urbanisme, de démographie, d’économie, …), et de commerciaux-analystes, pointus quant à eux en développement territorial. Pour Jérôme URBAIN, Sales & Analyst, la complémentarité du staff est un atout. « Au niveau des Schémas de Développement Commercial, les choses ont évolué ces derniers temps. Nous entendons également faire évoluer l’entreprise pour coller au mieux à la réalité et aux besoins de nos clients publics. Avant, on s’arrêtait surtout à la partie purement commerciale. Maintenant, on tient compte des aspects environnementaux, de mobilité ou encore d’aménagement du territoire. Autant d’éléments indissociables de la dynamique d’une ville. Pour faire face, nos propres compétences doivent s’élargir aussi. »

Bientôt agréé

Upcity arrive à point nommé sur le marché sur le marché de l’accompagnement des villes dans leurs démarches de développement commercial. Pour l’une de leurs activités, la réalisation d’un SDC (Schéma de Développement Commercial), un agrément régional est nécessaire. Il est en cours d’instruction et devrait être octroyé prochainement, ce qui ferait de l’entreprise l’une des trois reconnues en Wallonie, avec l’Association du Management de Centre-Ville (AMCV) et le service d’études en géographie de l’Université de Liège (SEGEFA). « Le potentiel de développement de cette partie de notre travail est important, nous dit encore Jérôme URBAIN. »

Upcity 2Web observatoire du commerce

Un SDC n’est nullement obligatoire mais le gouvernement wallon incite les communes à s’en doter. Un SDC est une étude exhaustive du tissu commercial d’un territoire et, à ce titre, il permet aux autorités politiques de motiver en connaissance de cause une décision d’octroi ou de refus d’un projet d’implantation commerciale. Upcity dispose aussi d’un autre atout utilisé pour accompagner ses clients, quasi au jour le jour. Camille LHOTE. « Nous disposons en effet d’un outil internet, créé en interne et qui aide les pouvoirs publics à orienter leurs décisions de développement commercial. C’est le Web observatoire du commerce. Pour faire simple, il s’agit d’un référencement des points de vente d’une ville. Il permet de voir facilement l’évolution des commerces (création-disparition) et de trouver des données socio-démographiques précises, telles par exemple le revenu moyen ou l’âge moyen dans tel ou tel quartier. »  Jérôme URBAIN enchaîne. « En termes d’analyse d’une situation, cela permet par exemple de voir, sur 10 ans, si des rues sont en désaffectation commerciale ou, au contraire, en renouveau.»  Camille LHOTE précise. « L’un des points forts du Web observatoire, c’est de pouvoir attirer les investisseurs en leur offrant une parfaite visibilité sur le territoire. Un investisseur intéressé peut accéder facilement aux informations relatives à une cellule, à un immeuble, à une rue ou à un quartier précis. Cela facilite la communication et la prise de décision. »   

Upcity 3Expérience et références

Upcity est une jeune structure mais elle dispose déjà de solides références, sous l’ère de Geoconsulting. On peut citer parmi ses clients les villes de Bruxelles, Anderlecht, Wavre, Waterloo, Ottignies, … et, en Hainaut, Binche, Soignies et Mons. Les missions prioritaires de la start-up sont l’aide à la décision et l’accompagnement des pouvoirs publics, amenés à renforcer l’attractivité de leur territoire, dans les domaines commercial, économique  et/ou touristique. Nos interlocuteurs prennent leur tâche très à cœur et ils l’envisagent comme une approche globale construisant ou intensifiant l’identité d’un territoire précis. Jérôme URBAIN, par ailleurs échevin du commerce de la ville de Binche, insiste sur le caractère non politique des démarches de l’entreprise. « Notre rôle, c’est d’objectiver les choses le plus possible. Nous sommes clairement dans un processus de type scientifique. Nous ne livrons pas d’avis politique mais des recommandations étayées par nos analyses. L’autorité politique prend ou pas. Cela reste son choix ! »

                                                                                     Michel BELLEFONTAINE

Cet article a été publié dans la revue économique « B2Hainaut » d’avril 2016