Articles Tagués ‘Monnaie-Bays’

Une bonne nouvelle pour l’économie, l’emploi et l’image dans la région du Centre. Le groupe DECUBE, implanté sur la zone d’activité économique de Strépy, confirme que son offre d’achat a été acceptée par la curatelle des anciens établissements THOMALU, déclarés en faillite en Janvier dernier. Le groupe va donc étendre son site actuel ainsi que ses activités. C’est principalement sa société Plasturgie LAZZERINI qui bénéficiera des nouveaux locaux dans lesquels nous nous sommes rendus en compagnie des trois propriétaires.

Trois entrepreneurs motivés en marche vers le nouveau destin de LAZZERINI

Trois entrepreneurs motivés en marche vers le nouveau destin de LAZZERINI

Le 10 décembre 2013, le groupe DECUBE sera propriétaire officiel des anciens ateliers de châssis THOMALU qui jouxtent son site, à Strépy. C’est notamment pour la société de plasturgie LAZZERINI, spécialisée dans les cabines sanitaires, que l’achat a été effectué par le groupe, entré dans l’actionnariat de l’entreprise familiale il y a 1 an, à hauteur de 47,5%. Damien de Dorlodot, administrateur délégué groupe DECUBE. « C’était une manière de diversifier un peu le groupe. DECUBE est un groupe multi-techniques et on peut vraiment dire aussi que l’activité de LAZZERINI est très technique. Donc, ça m’intéressait fort. En plus, comme c’est une société de la région qui avait besoin d’être aidée, nous n’avons pas hésité. » 

Après s’être créée puis développée à Ecaussinnes où l’atelier fut détruit par un incendie, la société LAZZERINI déploie ses activités, avec 27 équivalents temps plein, dans le zoning de Baudour, depuis 10 ans. C’est dans ces locaux devenus trop exigus et qui sont désormais à vendre, que sont fabriquées et assemblées les cabines en polyester, produits emblématiques de la société, comme nous le confirme Thierry Lazzerini, administrateur délégué Plasturgie LAZZERINI et fils du fondateur de l’entreprise. « Depuis le début des années 2.000, c’est vraiment devenu notre produit de base sur lequel on pose toute notre activité. La cabine sanitaire est notre produit phare ». « LAZZERINI, précise Damien de Dorlodot, est à ce jour le seul fabricant de salle de bain en polyester. Donc je pense qu’il y a vraiment un beau développement potentiel ».

Photos8

Thierry Lazzerini. « Nos clients de divers ordres mais l’essentiel aujourd’hui, ce sont les CPAS. Via les entreprises générales, ils nous commandent des cabines pour les rénovations extensions des homes existants. Nous avons aussi une clientèle dans le domaine des bateaux de croisière. Nous fournissons des cabines qui sont livrées, à Namur, là où sont construits les bateaux qui sillonnent ensuite les fleuves français, allemands ou croates par exemple ».    

Le potentiel de croissance semble réel pour l’entreprise, bien implantée en Wallonie et qui s’attaque à présent aux marchés flamand et français, tout proches. L’accroissement espéré du carnet de commande est à envisager parallèlement au déménagement à venir vers le site de Strépy. Un déménagement qui est aussi un beau défi. 

Photos10

« C’est un beau challenge effectivement, confirme Marc Dascotte, administrateur délégué Plasturgie LAZZERINI. Mais on ne dispose pas de gros équipements à déplacer et donc c’est une simple question de logistique qu’il va falloir traiter. En fonction des chantiers qui nous attendent au printemps 2014, l’idée est de gérer la transition en gardant une partie de l’activité sur Baudour tout en démarrant progressivement à Strépy. On se donnera quelques semaines, deux mois maximum, pour mener à bien la transition complète. Est-ce que le bâtiment de Strépy est tout à fait adapté à ce que vous faites à Baudour actuellement ? « Oui, c’est une configuration idéale pour notre activité. Et avec une taille qui correspond également au projet à 3 ou 4 ans que nous nous sommes fixés puisque Baudour arrive à saturation. La configuration du site de Strépy est tout à fait optimale et l’espace disponible est parfaitement adéquat ».  

Photos6

Le vaste showroom, quelques-uns des nombreux bureaux et l’atelier seront dévolus à LAZZERINI dont l’objectif, à moyen terme, est d’atteindre un chiffre d’affaires de 5 millions d’€, contre 3 actuellement. Le projet industriel, qui a séduit l’IDEA dans le dossier de rachat, se traduit aussi en termes d’emplois, tant pour LAZZERINI que pour MONNAIE-BAYS, la principale composante du groupe DECUBE, spécialisée dans la peinture industrielle, et qui disposera d’une parcelle du nouveau terrain pour un agrandissement nécessaire. Damien de Dorlodot. « Pour MONNAIE-BAYS, je me suis engagé à recruter une quinzaine de personnes, ce qui est en cours pour l’instant. Et pour l’avenir proche, nous comptons aussi développer  LAZZERINI ». Thierry LAZZERINI abonde dans le même sens. «  Le bâtiment de Strépy étant plus grand, on espère bien pouvoir lancer plus de fabrication. L’objectif est de monter à plus 15 personnes d’ici 2016 ou 2017 au plus tard. »

DSC_0217

En quatre ans, soit depuis qu’il est implanté à Strépy, le groupe DECUBE a démontré que son ambition pour la région du Centre dépasse le stade de l’utopie. Avec 260 collaborateurs, auxquels il faut ajouter maintenant les plasturgiens de LAZZERINI, ses espaces industriels contigus, proches du Canal, et cohérents dans leur diversité, sont porteurs d’un espoir que les gros projets en gestation ne devraient pas décevoir.

                                                                                                                   Michel BELLEFONTAINE

Tout ce que la région du Centre compte comme forces vives économiques s’est donné rendez-vous, en ce début septembre, au sein de l’entreprise Monnaie-Bays dans le zoning de Strépy-Bracquegnies. Damien de Dorlodot, le patron, avait concocté avec le précieux soutien de son épouse, Laurence, et bien sûr de son équipe, une  inoubliable soirée d’inauguration des nouvelles installations. Rehaussée par la présence du ministre régional wallon de l’Economie, des PME, du Commerce extérieur et des Nouvelles Technologies, Jean-Claude Marcourt, l’organisation était véritablement de top niveau. Un réel événement pour la région! 

Damien de Dorlodot accueille le ministre Marcourt sur le site

 

De Saint-Trop à Strépy !

500 invités, des animations originales, une partie protocolaire détendue dans une usine transformée brillamment en salles de réception et de concert, voilà pour quelques-uns des ingrédients de la soirée dinatoire. Un menu inaugural animé pour la partie dansante par Olivier Saxe et ses musiciens connus, entre autres, pour leur participation à la célèbre soirée des Belges, chaque 21 juillet, à Saint-Tropez.  

Des fleurs bien méritées pour Laurence de Dorlodot

Jusqu’en 2009, l’entreprise Monnaie était implantée à Chapelle et la société Bays active à Quaregnon. Les deux entités, intégrées au Holding Decube, sont maintenant regroupées au sein de la nouvelle usine du zoning de Strépy, à proximité du canal du Centre à grand gabarit et de l’ascenseur funiculaire. Un choix de site effectué bien évidemment en fonction de quelques critères appréciables dont l’accessibilité par les autoroutes, la proximité de la voie d’eau pour les transferts éventuels de pièces volumineuses et la présence juste à côté du centre de formation « pigments » du Forem, dédié aux peintres.

L’inaccessible … à votre portée

Monnaie-Bays est une entreprise dont la réputation flatteuse s’étend aussi facilement qu’une bonne peinture. Il faut dire que son press-book contient quelques solides références, dont notamment la rénovation de l’Atomium, bâtiment belge emblématique. Autre spécificité, ses peintres acrobates sont  actifs au quotidien sur nos pylônes à haute tension et autres surfaces difficilement accessibles. Le slogan de la société « Monnaie-Bays, l’inaccessible … à votre portée » est né de cette particularité.

Damien de Dorlodot, Jean-Claude Marcourt et Michel Lecomte lors de la partie protocolaire

L’entreprise emploie quelque 200 personnes dont une bonne partie sur les chantiers extérieurs. Le vaste bâtiment de Strépy héberge les activités de peinture industrielle de la société. L’atelier, ultramoderne et respectueux de strictes normes environnementales, est l’un des plus grands du secteur en Belgique. A l’occasion de la journée « découverte entreprises », en 2009, plus de 700 personnes de tous horizons ont déjà eu l’occasion de visiter et d’apprécier ce fleuron industriel.  Le coût du nouveau site se monte à environ 7 millions d’euros. Monnaie-Bays a été soutenu par environ 18% d’aide wallonne à l’investissement et les partenaires financiers, banques, Invest Mons Borinage Centre et SOWALFIN, ont rempli leur rôle en permettant de concrétiser le dossier. 

 

 

 

 

 

 

 Une idée lumineuse

Decube Consult, le bureau d’ingénierie du holding est à la base d’une autre grande fierté de Monnaie-Bays, son parc photovoltaïque. Opérationnel depuis fin avril 2011, il constitue à ce jour la plus grande installation privée en Wallonie. Les 1011 panneaux placés judicieusement en couverture du parking de l’entreprise totalisent une superficie de 1700 m². Ces ombrières photovoltaïques représentent une puissance totale de 250 KWc et la production, qui correspond à la consommation annuelle moyenne de 80 ménages, devrait couvrir de 40 à 50% des besoins en électricité de l’entreprise. 

(photo : Monnaie-Bays)

L’installation est le fruit d’une collaboration franco-wallonne. Le design des structures est l’œuvre du bureau Open Architectes de Charleroi, l’entreprise Techno Métal Industrie de Andenne a fabriqué ces structures et l’ensemble de  l’équipement photovoltaïque et électrique a été confié à la société Tenesol (Lyon-Toulouse) qui a sous-traité les montages à l’entreprise Technor de Tournai. L’investissement pour ce projet innovant s’élève à 1.300.000 € et il devrait être amorti en 7 ou 8 ans. Convivial, social et innovant  

Damien de Dorlodot, Président du groupe Decube et qui est entre autres sociologue de formation, attache beaucoup d’importance aux relations sociales teintées de respect mutuel au sein de la société. Le personnel n’a d’ailleurs pas été oublié puisqu’une fête lui était consacrée le lendemain de l’inauguration officielle.

Il ne fait aucun doute qu’avec l’état d’esprit et les compétences qui l’habitent, Monnaie-Bays est une société qui fera encore parler d’elle  à l’avenir, notamment dans le domaine du développement durable et responsable auquel l’entreprise est attachée. Monnaie-Bays, par ses innovations, nous surprendra encore. Et placera par la même occasion la région du Centre … bien au centre du Hainaut, de la Wallonie et du Pays.

                                                                                                                        Michel Bellefontaine

Le ministre Marcourt lui aussi innove avec sa tenue de peintre-pyloniste !(photo : MBe)